Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vol AF447 : les dernières paroles des pilotes avant le crash de l'avion

"Putain on est mort!", a hurlé l'un des trois pilotes du vol peu avant que ce dernier ne s'écrase en mer, le 31 mai 2009.

Tragédie

Publié le - Mis à jour le 14 Octobre 2014

"Putain on est mort!". C'est le cri de détresse lancé par l'un des trois pilotes du vol AF447 d'Air France peu avant que son avion ne s'écrase en mer, le 31 mai 2009, tuant ses 228 passagers. Davantage de détails concernant les derniers instants de l'Airbus A330-200 qui reliait Rio de Janeiro à Paris ont émergé d'une nouvelle investigation. Révélés dans l'édition d'octobre du magazine Vanity Fair, ils soulèvent des questions terrifiantes sur la sécurité des passagers et la "culture" des pilotes Air France.

Des extrais des conversations entre les trois pilotes prouvent que l'un d'entre eux dormait [ce passage a été modifié, ndlr] quand l'avion a été pris en difficulté dans une tempête tropicale. Le copilote et le deuxième copilote, plus jeune et moins expérimenté, étaient aux manettes pendant que le commendant en chef faisait une sieste.

L'investigateur en chef Alain Bouillard est cité : "Si le capitaine avait tenu sa position à travers la zone de convergence tropicale, cela aurait retardé son sommeil de pas plus de 15 minutes et, en raison de son expérience, peut-être que l'histoire aurait fini différemment". "Mais je ne crois pas que ce soit la fatigue qui l'ait poussé à partir. C'était plus une attitude de client, qui fait partie de la culture des pilotes d'Air France." "Et partir n'était pas contre les règles. Toutefois, cela est surprenant", déclare-t-il.

Jusqu'à présent, on savait déjà que le commandant en chef dormait pour se remettre d'une nuit agitée à Rio en compagnie de sa petite amie, une hôtesse et chanteuse d'opéra qui se trouvait également dans le vol maudit. "Je n'ai pas assez dormi la nuit dernière. Une heure, ça n'est pas assez", avait-il déclaré juste avant d'aller dormir dans "la cabine de sieste, une petite cabine contenant deux couchettes, juste derrière le cockpit", est-il écrit dans le rapport. 

En haute d'altitude, l'avion a décroché et ses capteurs anémomètres ont mal fonctionné. Au lieu de faire descendre le nez de l'avion pour manœuvrer, comme ils auraient dû le faire, ils l'ont élevé.  Le commandant en chef a finalement pénétré dans le cockpit une minute et 38 secondes après le disfonctionnement. 

Il aura ensuite fallu deux ans pour extraire les corps des victimes du fond de la mer ainsi que la boite noire de l'appareil. Si Air France a toujours nié l'incompétence de ses pilotes, la compagnie a depuis largement amélioré leur entrainement. 

 

A la suite dela publication de cet article, Air France a tenu à apporter la rectification suivante - (les modifications nécessaires ont été apportées) : 

"Il est totalement inexact et diffamatoire d'affirmer que 2 des 3 pilotes composant l'équipage technique du vol AF447 dormaient lorsqu'ils sont entrés dans un nuage de cristaux de glace ayant entraîné la perte des informations de vitesse.
Comme l'a établi de façon formelle le BEA dans son rapport définitif, au moment de la perte des indications de vitesse, les 2 pilotes étaient dans le poste de pilotage aux commandes de l'appareil. De plus, 1 minute et 38 secondes après le début de l'incident, les 2 pilotes ont été rejoints par le commandant de bord"

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sheldon - 14/10/2014 - 00:22 - Signaler un abus Facile, OK, mais ce sont ces pilotes d'AF qui font grève !

    Lamentable !

  • Par adroitetoutemaintenant - 14/10/2014 - 11:01 - Signaler un abus J'évite AF comme la peste (ou Ebola)

    Un jour dans un pays d'Amerique Latine, le vol à été annulé car étant arrivé en retard, il manquait une heure de repos syndical aux pilotes. Et on apprend que cet enfoiré avait fait la nouba toute la nuit !! Je me vois bien, neurochirurgien, dire à mon patient de ne pas s'inquiéter car j'ai fait la java toute la nuit. Ils bossent déjà 25% de moins que leurs collègues européens et ont deux fois plus de salaires et avantage divers et se permettent de faire la grève. A vomir !!

  • Par Anguerrand - 14/10/2014 - 11:44 - Signaler un abus Histoire vecue

    Lors d'un anniversaire, mon voisin de table était pilote et devait partir pour un vol intérieur environ 2 heures après la fin du repas. Je peux vous assurer qu'il a picolé toute la soirée comme un trou. À son départ il n'était pas loin de l'ivresse. Je lui ai demandé s'il il n'avait aucun risque de contrôle d'alcoolémie, il me répond très décontracté, il n'y a pas de risque on n'est jamais contrôlé! Quand je pense aux passagers qu'il a transporté.... S'ils l'avaient su il n'auraient jamais embarqué, l'histoire à bien fini, mais quand on voit les risques de contrôle au volant et rien pour des pilotes qui transportent des centaines de passagers!

  • Par superliberal - 14/10/2014 - 13:14 - Signaler un abus C'est quand même énorme...

    Voilà qui ne va pas faire du bien à notre réputation...je pense qu'AF n'est pas près de me revoir. Décidément notre pays c'est laxisme et amateurisme à tous les étages.

  • Par boulegan - 14/10/2014 - 16:15 - Signaler un abus La horde grégaire..

    Passionnants pour un anthropologue ces pilotes d’air France , un cas d’étude, individuellement ils cumulent des qualités hors du commun : cultivés ,haut niveau d’études ,polyglottes sélectionnés pour leur intelligence et leur aptitude à gérer des situations exceptionnellement difficiles et périlleuses ..et pourtant dans cette compagnie il plane depuis toujours un sentiment de supériorité voire de mépris pour les autres et en particulier pour ses clients .La dernière grève digne de rentrer dans les annales de la SNCM nous montre que rien ne résiste à l’instinct de meute même pas l’instinct de survie..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€