Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le virus du sida résiste de manière "extrêmement inquiétante" au principal traitement censé le combattre

Au cours des quatre dernières années, des scientifiques ont comparé les analyses de patients atteints du VIH en Afrique avec celles de patients européens depuis 1998.

Loin du compte

Publié le
Le virus du sida résiste de manière "extrêmement inquiétante" au principal traitement censé le combattre

Selon les chercheurs, un effort logistique et financier à l'échelle internationale sera nécessaire pour améliorer la lutte contre le virus du sida. Crédit Wikimedia Commons

Selon les conclusions d'une étude d'envergure réalisée par des chercheurs de l'University College de Londres, les cellules souches du virus du sida parviennent trop souvent à résister au principal traitement censé prévenir et combattre la maladie. Les scientifiques ont suivi l'évolution de 1920 patients à travers le monde, dont le traitement a échoué.

Dans 60% des cas choisis sur le continent africain pour les besoins de cette étude longue de 17 ans, le VIH s'est montré résistant au médicament appelé Ténefovir.

Selon le docteur Ravi Gupta, qui a dirigé cette étude, les résultats sont "extrêmement inquiétants". Au cours des quatre dernières années, des scientifiques ont comparé les analyses de patients atteints du VIH en Afrique avec celles de patients européens depuis 1998.

"Si les bonnes doses du médicament ne sont pas respectées, le virus peut alors vaincre celui-ci et devenir résistant (…) Le Ténofovir est un outil crucial de notre arsenal contre le VIH. Il est donc extrêmement inquiétant de constater un tel niveau de résistance à ce médicament", explique également le docteur Gupta, cité par la BBC. 

Selon ce spécialiste, un effort logistique et financier à l'échelle internationale sera nécessaire pour améliorer la lutte contre le virus du sida, notamment dans les pays africains, insistant sur le fait que ce combat représente un intérêt commun pour tous les pays du monde. 

 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€