Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Violences conjugales : 146 morts en 2013 en France

"Dans 50 % des cas, la victime avait déjà subi des violences sous diverses formes au sein du couple", ont déclaré les ministères de l'Intérieur et des Droits des Femmes ce mercredi.

Mortel

Publié le

Un constat effrayant. 146 personnes sont mortes de violences conjugales l'année dernière en France. 121 femmes et 25 hommes ont succombés aux coups de leur conjoint ou ex en 2013, selon une étude publiée ce mercredi par les ministères de l'Intérieur et des Droits des femmes. Toutefois, ce chiffre est en baisse par rapport à l'année précédente. En 2012, 148 femmes et 26 hommes avaient péri, soit au total 174 victimes de la violence conjugale. En 2013, ces dernières ont représenté pas moins de 20 % des homicides de toute nature répertoriés. 

"Dans plus de trois quarts des cas, les agresseurs ont utilisé une arme, blanche ou à feu", et "dans 50 % des cas, la victime avait déjà subi des violences sous diverses formes au sein du couple", ont déclaré les deux ministères.

Dans plus de la moitié des cas, "la présence de substances (alcool, stupéfiants, médicaments psychotropes) susceptibles d'altérer le discernement de l'auteur ou de la victime au moment des faits" a été constatée. Mais "Ces chiffres en baisse sont le signe d'une prise de conscience de la société et encouragent le gouvernement à poursuivre son action". 

Le 4e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes du 22 novembre 2013, "met en pratique des principes d'action simples et structurants et double les moyens spécifiques consacrés aux violences faites aux femmes – 66 millions d'euros de 2014 à 2016", se vente le gouvernement. Les appels mensuels au 3919, numéro gratuit destiné aux femmes victimes de violences, sont passés de 4 000 à 7 000 en six mois. Ce numéro est accessible 7 jours sur 7, depuis le 1er janvier. Le projet de loi pour l'égalité femmes-hommes généralise également "le téléphone grand danger", qui permet aux victimes de violences d'accéder rapidement aux forces de l'ordre via un téléphone portable spécifique. Ce dispositif d'urgence pour les femmes en très grand danger est déjà déployé dans dix départements.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jean-Francois Morf - 07/05/2014 - 10:07 - Signaler un abus N'épousez jamais un chariatiste!

    http://ripostelaique.com/les-disciples-dallah-lacide-et-les-femmes.html

  • Par Thémis888 - 07/05/2014 - 14:29 - Signaler un abus Inadmissible!

    Surtout le commentaire de walkûre! L'idéal serait bien sûr qu'il y ait 0 victimes de part et d'autre, et je suis plus que surprise de constater que des hommes peuvent être eux-mêmes concernés par ce genre de délit (car c'en est un!)! Reste à savoir s'ils sont battus par d'autres hommes, car par des femmes cela me paraîtrait encore plus étonnant! Malheureusement, toutes les campagnes de pub ne changeront jamais rien à l'esprit plus que primaire de certains! A part ça, je remercie Jean-François Morf pour son lien : car bien évidemment, on évite soigneusement de montrer ce genre d'événements dans les médias!!! Français (et Françaises), réveillez-vous avant que ça n'arrive définitivement (bien qu'hélas, ce soit déjà le cas, mais là aussi - chut, il ne faut pas stigmatiser, voyons!) chez nous! D'ailleurs, est-ce encore notre pays - on peut se le demander?!...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€