Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vincent Lambert : des proches demandent à le "laisser partir" pour lui éviter la "souffrance"

Dans une tribune publiée par Libération, les frères et sœurs de Vincent Lambert, ainsi qu'un neveu, appellent à arrêter les traitements et le "laisser partir".

Conflit familial

Publié le - Mis à jour le 22 Juin 2018
Vincent Lambert : des proches demandent à le "laisser partir" pour lui éviter la "souffrance"

 

Pour épargner la "souffrance" de Vincent Lambert, ses frères et sœurs, ainsi qu'un neveu demandent que l'arrêt des traitements soit appliqué. Depuis 2008, cet homme est tétraplégique en état pauci-relationnel. "L’état clinique de notre frère et oncle Vincent Lambert n’a pas évolué positivement. Et il ne peut évoluer positivement en l’état actuel de la science", écrivent ses proches dans une tribune publiée par Libération le lundi 18 juin. Cette demande publique intervient deux jours avant une nouvelle audience sur "les modalités de l'expertise", destinée à évaluer l'état clinique de Vincent Lambert.

 

"Nous pouvons soigner notre souffrance personnelle, mais nous devons surtout écrire et exprimer celle de notre frère et oncle, ce qu’il ne peut plus faire aujourd’hui et ce depuis bientôt dix ans. Il avait clairement exprimé, par deux fois et à deux personnes de confiance différentes, son refus de ce qui s’apparenterait à une survie uniquement biologique", poursuivent ses proches dans les colonnes du journal Libération. Cela fait maintenant près de neuf ans que le maintien en vie de Vincent Lambert a créé un conflit au sein de sa famille. Alors que ses parents sont persuadés qu'il peut être rééduqué, sa femme, Rachel Lambert, et d'autres proches, souhaitent l'arrêt des traitements.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 19/06/2018 - 15:05 - Signaler un abus C'est Dieu qui décide !

    Comme le répètent sans relâche les momies qui pullulent sur ce site : ''C'est Dieu qui décide'' !

  • Par cloette - 19/06/2018 - 15:39 - Signaler un abus @ Ganesha l'obsessionnel

    Cette situation est le contraire de ce que vous dites dans un but d'ironie malveillante, puisque ce monsieur est rattaché à la machine, et que justement ils ne veulent pas le débrancher ayant crainte que Dieu ne décide ... Encore un flop, Ganesha !

  • Par Ganesha - 19/06/2018 - 16:25 - Signaler un abus Cloette

    Comme d'habitude, vous êtes mal informée ! Vincent Lambert respire spontanément : ''Depuis 2011 : Vincent Lambert est immobilisé en état de conscience minimale, il n’est relié à aucune machine, mais ne pouvant pas déglutir correctement, il est nourri artificiellement'' (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Affaire_Vincent_Lambert) En fait, ses parents pourraient prendre soin de lui dans leur domicile ! Le vrai problème, c'est que Vincent Lambert est dans l'incapacité de répondre à la question : ''Oui ou non, souhaitez-vous continuer à vivre ?''

  • Par cloette - 19/06/2018 - 17:15 - Signaler un abus ok

    mais si on ne l'alimente plus, il va mourir de faim et de soif, il faut une injection létale, et là aussi, la mort est douloureuse, aucune mort n'est douce, et qui va faire le geste ? Il faudrait quelqu'un de sa famille qui le souhaite .

  • Par Ganesha - 19/06/2018 - 19:05 - Signaler un abus Cloette

    Rassurez-vous : les vétérinaires français, ainsi que les médecins belges et suisses, utilisent le même médicament, instantané et non douloureux. L'assassinat par la faim et la soif, selon la méthode Léonetti est une barbarie, que seule justifie son hypocrisie crapuleuse !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€