Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

VIH : 400 000 adolescents pourraient être porteurs du virus d’ici 2030

L’Unicef déplore une baisse des financements et de la mobilisation, notamment en matière de prévention.

Danger

Publié le
VIH : 400 000 adolescents pourraient être porteurs du virus d’ici 2030

400 000 nouveaux adolescents pourraient être contaminés par le VIH d'ici à 2030 si rien n’est fait, selon un rapport de l'Unicef, rendu publique en cette Journée mondiale de lutte contre le sida. En 2015, l'organisation a compté 250 000 nouvelles contaminations chez les ados du monde entier. La même année 41 000 adolescents âgés de 10 à 19 ans sont morts du Sida et l'organisation estimait à 2 millions le nombre de jeunes vivants avec le VIH.  La situation est d’autant plus alarmante quand on sait que "toutes les deux minutes, un nouvel adolescent, le plus souvent une jeune fille, est infecté par le VIH", précise Anthony Lake, directeur général de l'UNICEF dans un communiqué. 

La lutte contre le sida

Dans ce rapport, l’Unicef  déplore une baisse des financements et de la mobilisation, notamment en matière de prévention.

L’organisme propose donc de renforcer la lutte contre le sida chez les jeunes et appelle à "investir dans l'innovation", à "mettre fin à la discrimination fondée sur le sexe", et à déployer "des efforts de prévention sur plusieurs fronts notamment en matière de prophylaxie (prévention, ndlr) avant exposition, de transferts d'espèces et d'éducation sexuelle complète". 

Outre, il s’avère que les adolescents sont mal informés sur la maladie. En mars dernier, Sidaction relevait que "le sentiment d'information global sur le VIH se détériore depuis 2014". D'après un sondage, 22 % des 15-25 ans pensent qu'il existe des médicaments pour guérir du virus et plus de la moitié des jeunes ignorent où ils peuvent se faire dépister.

>>> À lire aussi : Journée mondiale de lutte contre le Sida : les jeunes désormais en première ligne

Des financements internationaux en baisse de 7 %

D'autre part, l'Unicef juge que le "financement de la lutte contre sida est en baisse depuis 2014". En 2015, le financement international aux "services internes aux pays" reculait en effet pour la deuxième année consécutive, notait l'Onusida. A l'époque, il atteignait "8,2 milliards de dollars, soit une baisse de 7 % par rapport aux 8,7 milliards de dollars de 2014". 

Ce rapport rejoint celui de l'agence de santé publique française qui mettait en garde contre l'explosion des infections sexuelles en France. En 2015, 6 000 nouveaux cas de séropositivité ont été découverts, 54 % concernaient des hétérosexuels. Ces nouveaux cas se font en dépit de l'arrivée des autotests de dépistage et du Truvada, un traitement préventif contre le sida.  

 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 01/12/2016 - 21:18 - Signaler un abus Sida

    En France les nouveaux cas touchent à 54% des hétérosexuels, donc 46% des homosexuels. Mais ces derniers sont très minoritaires en proportion de la population. Le problème du sida c'est que cela ne tue plus beaucoup et donc ça ne fait pas peur. Quand la maladie est apparue on nous prédisait que la population africaine allait être décimée: aux dernières nouvelles elle serait du double en 2100. Pas de quoi s'affoler donc.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€