Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Donald Trump aurait confié à son équipe : pourquoi ne pas envahir le Venezula ?

A l'occasion d'une réunion en août dernier, le président américain Donald Trump aurait suggéré de mener une opération militaire afin de renverser Nicolas Maduro.

Bouffée d'impérialisme et d'ingérence

Publié le
Donald Trump aurait confié à son équipe : pourquoi ne pas envahir le Venezula ?

 Crédit Federico PARRA / AFP

Le 10 août 2017, une réunion était orchestrée à la Maison Blanche afin de débattre du sort de Venezuela. 

L'agence Associated Press et des médias américains viennent de révéler, ce mercredi 4 juillet 2018 (jour de la fête nationale américaine), que Donald Trump aurait lâché une "bombe" en plein entretien dans le Bureau ovale lors de cette réunion en août 2017. Le président américain aurait demandé pourquoi ne pas simplement envahir le Venezuela et destituer Maduro ?
 
Ces mots du locataire de la Maison Blanche auraient stupéfié les personnes présentes. Cette information a été révélée par le récit anonyme d'un haut responsable de l'administration. 
 
Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson et le conseiller à la sécurité nationale, H.R.
McMaster, étaient notamment présents lors de cette scène surréaliste. Les deux hommes ne sont d'ailleurs plus au cœur de l'administration Trump aujourd'hui. 
 
Pendant près de cinq minutes, le général McMaster et d'autres personnes auraient tenté d'expliquer à Donald Trump les risques liés à cette éventuelle intervention militaire au Venezuela. 
 
Donald Trump avait évoqué dès le lendemain la menace d'une "action militaire". Le président américain aurait continué à évoquer la possibilité d'une intervention militaire avec le président colombien, Juan Manuel Santos et en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, en septembre, à New York, durant un dîner avec quatre chefs d'Etat latino-américains. 
 
Au cours du dîner, il aurait confié à ses convives que son staff lui aurait interdit d'aborder cette question. Trump a alors insisté et a demandé à chaque dirigeant sud-américain présent autour de la table son opinion sur une solution militaire au Venezuela. 
 
Les réserves de pétrole dans ce pays, le leader Maduro et la crise au Venezuela semblaient littéralement démanger Donald Trump. Le président américain paraissait obnubilé par ce dossier vénézuélien à l'époque.  
 
Nicolas Maduro a profité de cette menace pour remobiliser ses soutiens avec la propagande anti-américaine et les évocations de la menace d'une ingérence de Washington.
 
La Maison Blanche n'a pas souhaité communiquer sur ces conversations privées au sujet du Venezuela. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 04/07/2018 - 20:50 - Signaler un abus Pourquoi une dictature socialiste serait-elle à l’abri?...

    Bien-sûr que Donald a raison de menacer cette dictature d’une invasion (les caritativo-gauchistes nous imposent bien la leur, en UE laxiste!...). Le grand danger, c’est que le peuple vénézuélien sorte du lavage socialiste de cerveau, et ça a l’air de faire très peur aux médias gauchistes...

  • Par assougoudrel - 05/07/2018 - 09:14 - Signaler un abus A l'heure actuelle, on ne peut

    plus plaisanter, ni parler au second degré. Beaucoup n'attendent que ça pour polémiquer.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€