Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Vatican va devoir être plus clair financièrement

Nouveau coup dur en terme d'image pour la banque du Vatican dont JP Morgan aurait décidé de fermer un des comptes à Milan, faute de transparence.

Encore raté

Publié le

D'après le journal économique italien Il sole 24 ore, la holding financière JP Morgan Chase à Milan avait envoyé une lettre le 15 février au Vatican pour avertir le Saint-Siège de la fermeture du compte, qui devrait être effective le 30 mars.

Le journal précise que les responsables de la banque ont décidé de clore le compte en raison du manque d'informations entourant les transferts d'argent. Près d'1,5 milliard d'euros auraient transité sur le compte en l'espace de 18 mois. Il s'agirait, selon lui, d'un compte vidé tous les soirs ("sweeping facility") en anglais, ne servant qu'à faire transiter des fonds vers un autre compte de l'Institut pour les œuvres de religion (IOR), nom officiel de la banque du Vatican, en Allemagne.

L'IOR gère les fonds du Vatican et de ses institutions religieuses à travers le monde, comme les ordres monastiques et les organisations caritatives.

A Milan, l'information n'a fait l'objet d'aucun commentaire de la part de JP Morgan Chase, du Vatican ou de l'IOR. La décision de JP Morgan Chase, relayée également par le Corriere della Sera et La Stampa, intervient au pire moment pour le Vatican, qui a du mal à se racheter une bonne conduite en se conformant aux normes internationales en matière de transparence financière.

En septembre 2010, des enquêteurs italiens avaient gelé 23 millions d'euros d'avoirs dans les banques italiennes dans le cadre d'une enquête pour blanchiment d'argent. Le Saint-Siège avait nié et évoqué un transfert de fonds entre ses comptes. L'argent a finalement été débloqué en juin 2011 mais les magistrats romains poursuivent leur enquête.

Le Vatican a également fait parler de lui récemment dans l'affaire qualifiée par les médias de "Vatileaks", soit la publication de documents confidentiels, dont des lettres écrites de la main de Benoît XVI. Une partie de ces documents concernait la banque du Vatican : plusieurs lettres confidentielles publiées par le journal Il Fatto Quotidiano révélaient apparemment des dissensions au sein de la hiérarchie vaticane sur le degré de transparence à accorder à certaines opérations.

Une affaire qui n'est pas sans rappeler le scandale, en 1982, de la faillite frauduleuse du Banco Ambrosiano, la plus grande banque privée italienne de l'époque, dont le Vatican possédait une partie du capital.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€