Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Valérie Pécresse : si les taux augmentent la France risque la "cessation de paiement"

Interrogée sur RTL ce mardi 19 août, l'ancienne ministre du Budget s'est montrée particulièrement pessimiste quant à la situation économique de l'Hexagone.

Prédictions

Publié le
Valérie Pécresse : si les taux augmentent la France risque la "cessation de paiement"

Interrogée sur RTL mardi 19 août, l'ancienne ministre du Budget s'est montrée particulièrement pessimiste quant à la situation économique de l'Hexagone.  Crédit Reuters/Charles Platiau

La situation actuelle de la France inquiète fortement Valérie Pécresse. Selon l'ex-ministre du Budget, l'Hexagone se retrouverait "quasiment en cessation de paiement" si les taux d'intérêt venaient "par malchance" à augmenter. Interrogée sur RTL ce mardi 19 août au matin, la députée et chef de l'UMP en Ile-de-France a assuré : "les déficits, cette année, vont exploser. Si les taux d'intérêt remontaient, par malchance", par exemple "parce que la banque fédérale américaine arrêtait sa politique monétaire accommodante, la France se trouverait quasiment en cessation de paiement".

"Nous empruntons aujourd'hui à peu près 360 milliards d'euros par an à court et à long terme", a détaillé Valérie Pécresse. "Si les taux d'intérêt remontent d'un point, cela veut dire que cela nous fera 3 milliards de dépenses de plus. De 2 points ? 7 milliards". "Sur le long terme, la dette est une épée de Damoclès" avec "le risque de ne plus pouvoir financer les services publics auxquels nous sommes attachés", a tristement conclu l'élue des Yvelines.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par C1iD - 19/08/2014 - 10:08 - Signaler un abus Service public?

    "ne plus pouvoir financer les services publics auxquels nous sommes attachés" "attachés" est en effet le bon mot. On ne peut plus s'en défaire de ces "services public" mal gérés et inefficaces.

  • Par jmpbea - 19/08/2014 - 13:30 - Signaler un abus Ça n'est pas un scoop...

    Avec pas loin de 2000 milliards de dettes, calculez ce que représente 1% de hausse des taux.....sur des remboursements annuels de l'ordre de 50 milliards.....brrrrrr....

  • Par Anguerrand - 19/08/2014 - 14:39 - Signaler un abus Pègresse à raison.

    Il suffirait que les fonds artificiellement créés par différents états se tarissent , il en est fortement question en particulier aux USA , Chine ,et la France devrait emprunter à des taux correspondant à l'économie réelle de la France. Autant dire qu'avec l'économie française actuelle et les politiques qui " gèrent" notre pays le taux passerait rapidement au moins à 6/7%. Soit 2.000 milliards à 7% c'est 140 milliards à rembourser chaque année en pure perte et insupportable pour la France. Il faut rajouter à cette somme les 50 milliards minimum d'économie à réaliser en 2 ans! Alors il n'est pas interdit de penser que notre pays est potentiellement en faillite et que nous n'avons encore rien vu. Pessimiste dirons certains? Je l'espère, mais...si en plus on devait repasser au franc...il ne faut pas oublier que notre dette est libellée en € et non en monnaie papier que deviendrait vite le franc.

  • Par assougoudrel - 19/08/2014 - 19:27 - Signaler un abus Du temps du franc, personne ne voulait

    de cette monaie. Un pays affaiblie comme la France a plutôt interêt de ne pas jouer avec la monaie comme l'a fait l'Argentine. Cette dernière qui voulait la parité Peso-Dollar a vu sa monaie dégringolée à une vitesse fulgurante quand le dollar est parti à la hausse. Pas assez de dollar n'est rentré au pays et elle s'est retrouvée avec une bonne partie de sa monaie (comme par hasard c'était celle appartenant au citoyen moyen) dévaluée jusqu'à 70 %. Quand on est faible, il vaut mieux rester parmi les "forts"; car isolé, on est pris pour cible. A l'heure actuelle, il vaut mieux avoir du solide comme l'immobilier ( ben qu'attaqué sans arrêt par ce gouvernement et les élus locaux). Il faut avoir juste un peu de "vaisselle de poche" à la banque, car en cas de faillite définitive, comme en Argentine et à Chypre, les portes seront fermées pour empêcher les déposants d'enlever leurs sous. La crise, contrairement aux autres pays, est devant nous. Quand les tranches de jambons et les steaks seront aussi fines qu'en espagne (pour ceux qui peuvent en acheter), nous seront en crise. Bien que, les lessives commencent à être vendues par tout petits paquets comme en Espagne. C'est mauvais signe.

  • Par vangog - 20/08/2014 - 01:56 - Signaler un abus Baisse de 10 à13% de l'activité touristique (en CA) en France...

    La rentrée va être dure et les gauchistes vont encore pleurnicher... Un seul cap est certain pour la gauche, celui de la dette et du chômage! Et l'incapacité à rembourser sa dette pharamineuses est la seule solution pour la gauche de se sortir de ce guêpier...laps grave! Car les Français crédules payeront les pots cassés par la gauche...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€