Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une vague de cyberattaques touche des institutions et des entreprises du monde entier

Une attaque informatique a frappé hier la Russie et l’Ukraine avant de s’en prendre aux multinationales européennes et américaines.

Virus

Publié le
Une vague de cyberattaques touche des institutions et des entreprises du monde entier

Dans la nuit de mardi 27 à mercredi 28 juin, des cyberattaque se sont multipliées dans le monde. Elles ont encore lieu ce matin et rappellent celles intervenues à la mi-mai. Elles ont d’abord frappé des banques et entreprises ukrainiennes, selon la banque centrale d'Ukraine Suite à ces attaques, "les banques éprouvent des difficultés à prendre en charge leurs clients et faire des opérations bancaires", a précisé la banque centrale ukrainienne dans un communiqué. En outre, des entreprises, la poste, des médias, des aéroports, des opérateurs télécom, le métro de Kiev et des ministères ont également été attaqués, selon le correspondant ukrainien de la BBC et du Washington Post, Christian Borys.

Côté français, l’entreprise Saint-Gobain, le groupe Auchan et la SNCF ont été touchés. Le pétrolier russe Rosneft, le transporteur danois Maersk, le port de Rotterdam, mais aussi la centrale de Tchernobyl ont aussi été visés. En Allemagne, "plus rien ne fonctionnait au siège" de Beiersdorf (Nivea) et les employés sont rentrés chez eux. DLA Piper, un cabinet juridique américain, a ordonné à tous ses salariés de ne pas brancher leur ordinateur portable à leur station de travail.

Les malfaiteurs qui se cachent derrière cette attaque informatique réclament 300 dollars de rançon en bitcoin aux utilisateurs des ordinateurs infectés, sous la menace d'effacer tous leurs fichiers. Le secrétaire d'État français au Numérique, Mounir Mahjoubi, a qualifié cette attaque de  "sans précédent". "L'attaque que le monde connaît en ce moment est une attaque industrialisée et automatisée qui est fondée sur une analyse très très intelligente des réseaux pour détecter les faiblesses existantes", a-t-il indiqué. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€