Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Union européenne : Barroso accusé d'avoir fait du lobbying pour Goldman Sachs

Plusieurs ONG accusent l'ancien président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, de ne pas avoir respecté son engagement et d'avoir fait du lobbying pour son employeur actuel, la banque Goldman Sachs.

Les doigts dans le pot de confiture

Publié le
Union européenne : Barroso accusé d'avoir fait du lobbying pour Goldman Sachs

 Crédit JOHN THYS / AFP

Le recrutement de l'ancien président de la Commission européenne par la banque d'affaires américaine avait fait un tollé. L'ancien Premier ministre portugais, qui a occupé la tête de la Commission de 2004 à 2014, a été engagé en 2016 par la banque d'affaires américaine pour des activités de conseil. La Commission - qui avait au début estimé qu'aucune règle n'avait été transgressée, rappelant simplement qu'il restait tenu au "secret professionnel" en tant qu'ancien président de l'exécutif bruxellois - avait même ouvert une enquête et Jean-Claude Juncker avait fini par saisir le comité d'éthique de la Commission, qui avait estimé que le code de conduite n'avait pas été bafoué.

Alors que José Manuel Barroso s'était engagé auprès du nouveau président, Jean-Claude Juncker, à ne pas faire de lobbying pour son nouvel employeur, il a été accusé cette semaine d'avoir violé cette règle effectué à ce titre du lobbying auprès d'un vice-président de l'exécutif européen, dans une lettre adressée au secrétaire général de la Commission Alexander Italianer, l'ONG Alter-Eu, qui réunit plusieurs associations anti-corruption.

Le vice-président de la Commission chargée de la compétitivité, de la croissance, et de l'emploi, Jyrki Katainen, a confirmé, dans un courrier à CEO, avoir rencontré Jose Manuel Barroso le 25 octobre à Bruxelles. Les deux hommes ont parlé commerce et défense, "tous les deux, sans autre participant".

Le comité d'éthique de l'UE "devrait cette fois-ci mener une enquête plus approfondie sur le rôle de M. Barroso auprès de Goldman Sachs et évaluer si l'ancien président a induit le président Juncker en erreur", réclament donc les associations dans leur lettre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 25/02/2018 - 12:29 - Signaler un abus Meuuuhhh non,

    vous savez tous combien on peut faire confiance à nos instances européennes, elles sont là pour nous défendre, voyons. Et nos représentants pour gagner durement leur maigre salaire. Comme Bové, quoi.

  • Par pitron67 - 25/02/2018 - 13:54 - Signaler un abus barroso

    tout ce qui fait l'Europe et qu'on adore est symbolisé par ce sale type,Sans oublier le flamboyant Donald tusc ou alors stolenberg ;des étoiles au firmament européens,On est vraiment bien servis.

  • Par vangog - 25/02/2018 - 15:03 - Signaler un abus Mais qu’ils sont cons! Mais cons!...

    Avant même d'intégrer Goldmann-Sachs, Barroso faisait probablement du lobbying pour cet emblème du pouvoir mondialiste des banquiers consanguins...l’Union europeiste n’est plus qu’un bateau ivre, à la dérive, qu’il attend qu’une âme charitable l’arrime dans un port pour démolition, afin d’eviter de naufragée d.autres navires, d’autres nations...

  • Par lexxis - 26/02/2018 - 10:05 - Signaler un abus LA CORRUPTION EN BARRE: L'EUROPE DU FRIC QU'ON ADORE

    Goldman Sachs avait truqué les comptes de la Grèce pour la faire entrer de force dans l'Europe. Curieusement, personne n'avait eu idée d'engager des poursuites contre la banque américaine. Mais la cerise sur le gâteau, c'est lorsque l'ancien Président de la Commission rejoint ladite banque. Et maintenant on s'étonne que la corruption ne s'arrête pas là. On a vraiment à faire à des enfants de coeur, enfin pas tout à fait quand on voit comment l'actuel Président a fait en douce de son pays un paradis fiscal au grand dam des autres membres du club européen. Comment croire un instant encore aux simagrées de ces professionnels de la politique dont l'enrichissement malsain est une dominante quasi-constante?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€