Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 27 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Turquie : Erdogan rêve toujours d'une adhésion à l'Union européenne

Dans une tribune, publiée dans le Figaro, le président turc, en visite à Paris, encense la France notamment sur son de "rôle pionnier dès le début des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne."

Vœu pieux

Publié le
Turquie : Erdogan rêve toujours d'une adhésion à l'Union européenne

Voilà plus de 30 ans que la Turquie est candidate pour adhérer à l'Union européenne. Si la question n'est plus vraiment à l'ordre du jour, elle reste toujours dans un coin de la tête d'Erdogan, comme il le souligne dans une tribune publiée dans le Figaro.

"Si l'Europe reste un formidable espoir, dans un contexte international tendu, alors que certains pays tombent dans le piège de l'islamophobie, du racisme et de la xénophobie, c'est grâce à la France, qui a choisi de mener une politique rationnelle basée sur le respect des droits universels" explique le président turc. "À cet égard, je me réjouis de constater que la France, qui a joué un rôle pionnier dès le début des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, maintient, aujourd'hui encore, une position constructive vis-à-vis de notre adhésion.

J'espère que la France continuera d'apporter tout son soutien à notre processus d'adhésion car il est indispensable que la France et la Turquie unissent leurs forces, pour construire un monde plus sûr et plus prospère, en ne cédant jamais ni au terrorisme, ni à la violence, ni à toute forme de pression".

La tribune, véritable plébiscite des relations franco-turques, masque mal le malaise de certains observateurs alors que le président turc arrive à Paris ce vendredi. Depuis la tentative de coup d’Etat manquée du 15 juillet 2016, Erdogan a renforcé son pouvoir à travers de violentes purges contre ses rivaux mais aussi contre la justice et la presse. De son côté, Emmanuel Macron a assuré que le sujet des droits de l'Homme sera évoqué.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 05/01/2018 - 10:01 - Signaler un abus Faux jeton

    Erdogan ne veut pas intégrer l'UE, mais prendre le pouvoir en Europe.

  • Par tubixray - 05/01/2018 - 10:37 - Signaler un abus Mais va t-on lui dire enfin ???

    Qu'il est carrément intolérable qu'un dictateur islamique puisse songer à intégrer son état à l'UE !!!....Sa déclaration est d'une hypocrisie totale et donne un bon point à la France dont on se passerait bien .......Une seule question mérite l'attention : bloque t-il effectivement les immigrés clandestins en Turquie ?

  • Par LouisArmandCremet - 05/01/2018 - 13:20 - Signaler un abus Traduction...

    Erdogan est pragmatique et il sait parfaitement que la porte de l'UE lui est fermée. Mais il espère en tirer quelque avantage et ce genre de déclaration, n'est là que pour mieux monnayer une compensation, financière, entre autres.

  • Par vangog - 05/01/2018 - 13:55 - Signaler un abus Combien l’UE donne-t-elle à ce fasciste?

    ...pour qu’il instaure la démocratie en Turquie? Et pour quel résultat?...Ça ne m’étonne pas qu’Erdogan veuille conserver ce pactole, en plus du chantage aux réfugiés!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€