Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Turc pourrait bientôt figurer parmi les langues officielles de l'UE

Le 14 avril dernier, le Parlement européen approuvait au vote un rapport sur la Turquie proposant l'entrée officielle de la langue Turque au sein de l'UE. Cette proposition demeure en attente de l'aval du Conseil européen.

Controverse

Publié le
Le Turc pourrait bientôt figurer parmi les langues officielles de l'UE

Le président chypriote Nicos Anastasiades Crédit Reuters

Dans le cadre de l'avancement de la réunification de Chypre, où l'on parle grec chypriote au sud et turc au nord de la ligne de démarcation qui scinde le pays en deux depuis sa partition en 1974, le Parlement européen a souhaité publier et soumettre au vote un rapport sur la Turquie. Parmi les propositions, faire du turc l'une des 24 langues officielles de l'Union.

Ce projet a reçu le soutien du président chypriote Nicos Anastasiades, qui souhaite arriver à un accord de réunification de l’île.

Avec 375 voix pour, 133 contre et 87 abstentions, les eurodéputés ont adopté ce texte en résolution le 14 avril dernier.

Le rapport sur la Turquie fait écho aux accord passées entre l'UE et Ankara en mars dernier pour tenter d'apporter une réponse à la question des flux migratoires de réfugiés en Europe. En effet, depuis le 20 mars, tout individu arrivé illégalement en Grèce (par la Turquie) y sera renvoyé, même en cas de demande d'asile.

La question d'intégrer la langue turque aux langues officielles européennes porte sur la cinquième et dernière partie du rapport sur la Turquie, et son adoption définitive est soumise à l'approbation du Conseil européen :

"Le Conseil de l’UE, au sein duquel tous les États membres de l’Union sont représentés, prend des décisions à l’unanimité à ce sujet. (…) Tout changement (…) que ce soit l’ajout ou la suppression d’une langue officielle, doit être approuvé à l’unanimité par tous les États membres au sein du Conseil", peut-on lire sur le site Internet de la Commission européenne.

Si ce rapport porte sur la collaboration entre l'UE et la Turquie pour apporter une solution à la crise des migrants, certaines parties demeurent controversées. Côté turc d'une part, le régime d'Erdogan n'apprécie pas la partie du texte portant sur le rôle de la Turquie dans le génocide arménien.

Le président turc aurait qualifié le texte de "provocateur" le 19 avril dernier.

Au sein des eurodéputés d'autre part, parmi les 133 voix contre, on trouve une opposition sensible du côté de la Bulgarie, qui pourrait apposer un véto au moment de passer devant le Conseil européen. Si un seul eurodéputé bulgare s'est porté contre le texte, seuls 3 l'ont approuvé. Les 13 députés bulgares restants se sont abstenus. Au-delà de la question de la langue turque, c'est bien envers le rapport européen tout entier sur la Turquie que la Bulgarie voit une menace potentielle pour la sécurité de son pays.

Le pays dispose en effet d'une minorité turque, et a vu récemment l'émergence d'un nouveau parti bulgare de soutien à la Turquie, nommé DOST (ami en turc).

A LIRE AUSSI : Premiers retours de migrants dans le cadre de l'accord UE-Turquie : est-ce que ça marche ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par clint - 22/04/2016 - 16:38 - Signaler un abus Ils veulent les euro-sceptiques remporter 2017 !

    La stratégie est la même que pour l'islam : on commence à mettre un doigt pour des choses qui, dans notre culture, nous paraissent peu importantes, et puis c'est le bras, jusqu'aux aux écoles, à la banalisation de l'islam dans les universités, etc Encore une qui n'a rien à dire, les "cons" travaillent pour elle !

  • Par Pourquoi-pas31 - 22/04/2016 - 16:47 - Signaler un abus NON

    NON et NON

  • Par jurgio - 22/04/2016 - 17:04 - Signaler un abus Le pied en travers de a porte !

    Il est temps de sortir de ce guêpier européen.

  • Par attila - 22/04/2016 - 17:08 - Signaler un abus Et je confirme

    NON et NON !!

  • Par vangog - 22/04/2016 - 17:09 - Signaler un abus Ils ont du temps à perdre ces europeistes!

    Plutôt que se préoccuper d'emplois, de re-industrialisation, de protectionnisme économique, ces branques font la danse du ventre devant le fasciste-islamiste Erdogan...comme le front populaire, en 39, face à Hitler!

  • Par Le gorille - 22/04/2016 - 18:58 - Signaler un abus L"Europe est morte

    C'est donc vrai : l'Europe est déjà morte...

  • Par kaprate - 22/04/2016 - 20:39 - Signaler un abus Si Dieu veut...

    Le hijab day, puis le hijab month, puis le jihad day (c'est passé, c'est quand on peut tirer sur des terrasses de café mais cela a eu un franc succès, les organisateurs réfléchissent à l'instaurer) puis le jihad way of life à la française (c'est violer une non voilée dans la cave de la cité et aller après bouffer Quick en survèt Nike avec les allocs), puis le turc comme langue officielle européenne, puis l'arabe comme langue obligatoire en France, puis le parti français des frères musulmans, puis la fermeture des commerces le vendredi, puis les horaires de piscine aménagés, puis l'interdiction du l'élevage porcin, puis la prohibition de l'alcool et l'obligation du voile, tellement fashion chez H&M... Le doigt on l'a déjà donné, le bras on l'a déjà perdu... Il reste à savoir quand on va se faire bouffer le cœur...

  • Par Atlantica75000 - 22/04/2016 - 20:55 - Signaler un abus le jpurnalisme, profession méprisée par les Français

    J'ai lu attentivement ce papier : son contenu démontre que une fois de plus le site du Monde enfume ses lecteurs puisqu'il est nié que la langue turque puisse figurer parmi les langues officielles de l'UE. Et dire que certains croient encore que c'est un journal "sérieux"

  • Par winnie - 23/04/2016 - 07:43 - Signaler un abus je le dis et je le repette ,

    La Turquie est le cheval de Troye de l'islam en Europe, et les collabo de Bruxelles l'a ont fait entrer.Français réveillez vous, allez engueuler votre députe,reagisser !

  • Par zouk - 23/04/2016 - 10:11 - Signaler un abus Turc langue officielle de l'UE

    Louons la grande vision de Madame Merkel, où est notre Président? Il se cache, ou se défile,comme vous voudrez.

  • Par J'accuse - 23/04/2016 - 11:40 - Signaler un abus Et l'arabe, c'est pour quand ?

    Il suffirait donc qu'il y ait une minorité linguistique quelque part en Europe, pour que sa langue devienne officielle. Selon cette logique, je vois mal comment on pourrait refuser de parler arabe au parlement européen, les traductrices étant obligatoirement voilées, bien sûr. Si le Conseil veut encore élargir le fossé entre l'UE et les peuples européens, il sait quoi faire.

  • Par Anguerrand - 23/04/2016 - 16:27 - Signaler un abus Erdogan pas si bête

    Dans les négociations au sujet des immigrés Erdogan a réussi à obtenir que le turcs deviennent une langue " européenne", pour quoi faire à partir ou la Turquie n'est pas dans l'Europe ? Il a bien une idée derrière la tête, pour progresser dans l'entrée de UE. Comme d'habitude on se laisse avoir, c'est bien une méthode arabe de s'infiltrer discrètement, même si les turcs n'ont pas des arabes. Nous avons tout dit sur ces négociations?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€