Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un monastère qui intrigue

Sainte Madeleine du Barroux, monastère traditionaliste fouillé dans l'enquête sur la tuerie de Nantes.

Affaire Ligonnès

Publié le - Mis à jour le 15 Mai 2011

Les policiers chargés de l'enquête sur la tuerie de Nantes, au cours de laquelle la femme de Xavier Dupont de Ligonnès, ses quatre enfants et ses deux chiens ont trouvé la mort, s'intéressent de près à une Abbaye du Vaucluse dans laquelle Xavier Dupont de Ligonnès aurait pu passer une nuit.

Il se trouve que le monastère se situe à 40 kilomètres de l'endroit où Xavier Dupont de Ligonnès a passé la nuit du 12 au 13 Avril.
Cette information recoupée avec les révélations d'une amie de la soeur de Xavier, a permis aux enquêteurs de faire le lien.

A la fin des années 80, Xavier de Ligonnès habite à Draguignan dans le Var.

Il se rend régulièrement dans le monastère de Sainte-Madeleine du Barroux où il effectue des retraites spirituelles avec cette communauté traditionaliste.

Les moines bénédictins de l'abbaye, à leur arrivée en 1970, suivent le mouvement français emmené par Mgr Lefevbre. Réputé traditionaliste rigoureux, cet ecclésiastique est alors en froid, glacial, avec Rome.
En 2011, en marge de toutes les autres communautés religieuses françaises, Sainte-Madeleine du Barroux est toujours en harmonie avec avec ses idées de l'époque : messe en latin, contemplation et tradition.

Ce n'est pas la première fois qu'il se passe de troubles histoires dans ce monastère. Un faux moine a déjà traversé les lieux. Un jour de 2010, un homme s'annonce aux portes de l'Abbaye en demandant pieusement pitance et chambrée. Il se présente alors comme un frère du nom de Père Jérôme. Les bénédictins s'empressent de l'accueillir au sein de leur communauté et se laissent berner pendant une semaine. Ces moines qui prient en latin et parlent peu, finissent tout de même par se poser quelques questions. Ils en informent leur diocèse qui leur répond qu'il n'existe pas de père Jérôme. Plainte auprès de la gendarmerie. Arrestation. Il s'avère que ledit prêtre n'est autre qu'un escroc.  La police ignore encore ce qui a motivé l'individu à passer cette semaine avec ces religieux.

Dans l'affaire de la tuerie de Nantes, les enquêteurs ont donc procédé à une perquisition dans l'abbaye du Vaucluse en espérant trouver des indices pouvant leur permettre de retrouver Xavier Dupont de Ligonnès envolé dans la nature. Mais les enquêteurs ne trouvent rien et les moines n'ont absolument rien remarqué. Ils promettent qu'ils auraient dénoncé le fugitif s'il s'était présenté à leur porte.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Varois - 14/05/2011 - 18:52 - Signaler un abus Tout faux

    Plutôt que de recopier bêtement un article, vous devriez le vérifier !! Le monastère de Sainte Madeleine de Barroux se trouve dans le Gard et non dans le Var !! Et en tous cas, à beaucoup plus de 40 km de Draguignan (environ 300) !! Journaliste est un métier !!!

  • Par lony - 15/05/2011 - 11:45 - Signaler un abus Retour de manivelle

    OK ! pour l’erreur de Kilométrage! Mais attention à la critique quand celle ci n'est pas juste. L'abbaye du Barroux se trouve dans le Vaucluse à un dizaine de km de Carpentras et non dans le Gard. De plus l'auteur ne l'a jamais située dans le Var

  • Par JP van St Jans - 15/05/2011 - 13:01 - Signaler un abus Une réelle volonté de nuire.

    Iony, relisez : l'auteur parle d'une abbaye du Var (1er paragraphe). Le Barroux est effectivement au pied du Mont Ventoux et l'abbaye traditionnaliste qui s'y trouve embête beaucoup d'esprits progressistes, qui considère ces reliques du passé comme un caillou dans une chaussure. La rédaction de l'article ne laisse aucun doute sur l'impartialité du rédacteur.

  • Par lony - 15/05/2011 - 13:06 - Signaler un abus Mea culpa

    Effectivement tout au début " abbaye du Var", ma critique se retourne contre moi!

  • Par philippe31 - 16/05/2011 - 14:20 - Signaler un abus revoir vos infos

    bonjour après avoir rectifié le département où se trouve le monastère du Barroux, vous devriez savoir que ce monastère bénédictin est parfaitement en règle avec Rome et ne se situe pas comme vous le dites en marge de l'Eglise Catholique bien que la messe y soit célébrée dans le rite extraordinaire

  • Par Le Loup - 16/05/2011 - 18:44 - Signaler un abus Lu sur le parisien...

    Nul... Je ne viens pas sur Atlantico pour lire le Parisien... Et reprendre cet article pourri est d'une médiocrité sans nom qui vous place sur la même estrade que le reste de la presse. C'est dommage, j'étais venu en pensant trouver un "vent nouveau"... Je n'y trouve finalement qu'un relent moisi de la grosse presse aux ordres ! Bye, je retourne sur les sites d'informations dignes de ce nom !

  • Par Majean - 17/05/2011 - 08:52 - Signaler un abus Décevant

    J''apprécie votre manière de traiter l'info. Cependant relayer le Parisien, aux infos souvent partielles, partiales et populistes, c'est décevant. Le Barroux: se trouve dans le Vaucluse, célèbre le rite tridentin en accord avec Rome. Certes sans l'accord de la République...et du Parisien. Mon Dieu ! Délivrez-nous des Tradis ! Et plongez-nous dans l'agnosticisme intolérant, c'est tellement mieux !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€