Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 23 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le troisième débat de la primaire de la gauche : minute par minute

A trois jours du premier tour, l'ultime débat de la primaire de la gauche de ce jeudi 19 janvier a offert aux sept candidats une dernière occasion de faire la différence.

Faites vos jeux !

Publié le - Mis à jour le 20 Janvier 2017

Jean-Luc Bennhamias, "candidat des plus démunis", prend "l'engagement" sur les pistes d'aide aux SDF.

François de Rugy est le seul candidat à arriver à placer une de ses propositions dans cette série de réponses sur la vague de froid.

 
20h33 : Petit bonus pour les candidats 

 

Chaque candidat disposera d'une minute de "carte blanche" pour développer une proposition de son choix. Pour respecter l'équité, chacun des candidats pourra s'exprimer en premier sur l'une des thématiques abordées.

23h09 : Vincent Peillon, le "vieux professeur" de Manuel Valls 

"Quand on se prépare à la fonction suprême, on ne peut pas regarder le monde avec les lunettes d'hier.

Moi, je prends au sérieux les déclarations de Donald Trump, et c'est une vraie déclaration de guerre politique", annonce Manuel Valls. "Quand son projet c'est de casser l'Europe, briser l'Alliance atlantique, il faut le prendre au sérieux. C'est une injonction pour l'Europe à être forte et unie", poursuit-il. 

Vincent Peillon est d'une humeur taquine aujourd'hui. Il reproche à Valls d'employer le mot "guerre". Valls, sourire aux lèvres, déclare que son camarade lui rappelle parfois son vieux professeur".

23h29 : Macron : Sylvia Pienl ne croit pas à l'homme providentiel"

"Le véritable courage d'Emmanuel Macron aurait été de participer à cette primaire. C'aurait été une marque de loyauté envers son camp. Moi je ne crois pas à l'homme providentiel", déclare Sylvia Pinel.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 19/01/2017 - 23:51 - Signaler un abus mais qu'est ce qui a bien pu

    passer par la tête de Hamon ? Quand on lui pose une question sur la Syrie, il dit qu'il reconnaîtra la Palestine. Et les Syriens ça l'intéresse ? en international, pas meilleur que le gouvernement actuel.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€