Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 31 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Trois détenus de la maison d'arrêt d'Amiens s'évadent en sciant les barreaux de leur cellule

Ces derniers seraient parvenus à scier les barreaux de leur fenêtre et à descendre le long du bâtiment à l'aide de cordages et de draps, a indiqué le procureur de la République d'Amiens Bernard Farret.

Politique pénale, le débat sans fin

Publié le
Trois détenus de la maison d'arrêt d'Amiens s'évadent en sciant les barreaux de leur cellule

Trois détenus de la maison d'arrêt d'Amiens se sont évadés dans la nuit de mardi à mercredi 4 novembre. Ces derniers seraient parvenus à scier les barreaux de leur fenêtre et à descendre le long du bâtiment à l'aide de cordages et de draps, a précisé le procureur de la République d'Amiens Bernard Farret.

Selon les premières informations, les trois prisonniers (l'un d'origine roumaine et les deux autres moldave) étaient dans la même cellule : l'un d'entre eux était incarcéré pour viol et faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Un autre était en détention provisoire pour escroquerie et le troisième purgeait une peine de prison pour vol aggravé. Les surveillants de la maison d'arrêt se seraient aperçus de l'évasion peu de temps après que les trois détenus aient filé. Un important dispositif a été mis en place depuis 4 heures du matin à Amiens pour retrouver la trace des prisonniers et une enquête a été confiée à la police judiciaire.

Cette évasion intervient alors que la politique pénale et le légitimité de Christiane Taubira sont largement controversées. Il y a près d'un mois, le renforcement des mesures de sécurité autour des permissions de sortie des prisonniers avaient fait débat lorsqu'un détenu ne s'étant plus présenté à son centre de détention, avait cambriolé un entrepôt de livraison de bijoux de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et tiré sur un policier. Depuis le mois de janvier, 236 détenus ayant bébéficié d'une permission de sortie se sont évadés pendant ce labs de temps.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 04/11/2015 - 12:38 - Signaler un abus et lorsque

    l'on décidera que TOUS les participants à un délit ou crime sont soumis à la même peine, on gagnera l'argent et le temps des enquêtes et sans doute cela fera réfléchir certains. Pourquoi condamner un receleur et pas un comparse au prétexte qu' l'on ne sait pas qui tenait l'arme ? Responsables mais pas coupables , rengaine socialiste !

  • Par brennec - 04/11/2015 - 13:06 - Signaler un abus Victoire de la tradition.

    On voit que dans les pays de l'est on ne méprise pas les traditions, foin de la table rase. Et ça marche! Bareaux sciés et draps de lit sont la voie de la liberté.

  • Par Solognitude - 04/11/2015 - 14:40 - Signaler un abus Retour aux pieds nickelés et à Bibi Fricotin!

    Cette bonne vieille recette : une lime et des draps; ça marche encore à l'ère de l'électronique. Et c'est peut-être moins inquiétant que de se faire la belle lors d'un concours de course à pieds à la suite d'une permission de sortie!

  • Par Pourquoi-pas31 - 04/11/2015 - 18:04 - Signaler un abus Comme quoi,

    ils savent travailler puisqu'ils sont capables de scier les barreaux de leur cellule. Imagination, volonté, persévérance, ils ont beaucoup de qualités. J'imagine leur fou-rire quand ils se sont retrouvés dans la rue.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€