Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tabac en entreprise : un fumeur coûte en moyenne 4 600 euros de plus

En tête des coûts pour les entreprises arrivent les pauses cigarette, qui représentent un manque à gagner moyen de 3 077 dollars (2 350 euros) par employé fumeur et par an.

Etude

Publié le
Tabac en entreprise : un fumeur coûte en moyenne 4 600 euros de plus

Un fumeur coûte en moyenne à près de 6 000 dollars (4 600 euros) de plus par an à son employeur qu'un non-fumeur Crédit Reuters

Voilà une étude qui risque d'être prise en compte par les ressources humaines. Des chercheurs de l'Université de l'Ohio ont (enfin) répondu à la question de savoir combien coûte un fumeur à son employeur. Selon cette enquête publiée ce mardi, un fumeur coûte en moyenne à près de 6 000 dollars (4 600 euros) de plus par an à son employeur qu'un non-fumeur. Les coûts varient entre 2 885 dollars (2 200 euros) et plus de 10 125 dollars (7 730 euros) en fonction du secteur d'activité et de l'emploi occupé.  L'étude a été menée auprès d'employés du secteur privé travaillant dans différentes branches.

En tête des coûts arrivent les pauses cigarette, qui représentent un manque à gagner moyen de 3 077 dollars (2 350 euros) par employé fumeur et par an, tandis que l'absentéisme est évalué à 517 dollars (395 euros) et le présentéisme (l'employé est présent, mais sa productivité est plus faible en raison de son addiction à la nicotine) à 462 dollars (353 euros). Et même si l'employeur est gagnant avec les fumeurs au niveau des pensions de retraite (en mourant plus jeunes, ils coûtent 296 dollars de moins par an qu'un fumeur), l'ardoise s'élève au final à 5 816 dollars (4 445 euros) par an pour chaque accro à la nicotine.

"Les employés qui fument imposent des surcoûts significatifs aux employeurs privés", relèvent les chercheurs qui précisent que leur étude est destinée à les aider "à prendre des décisions en ce qui concerne leur politique face au tabac". Certaines entreprises américaines ont déjà pris des mesures comme celle consistant à imposer aux fumeurs un supplément de cotisation pour leur assurance santé. D'autres refusent tout simplement de les engager ou licencient les employés qui n'ont pas arrêté de fumer après une période donnée. L'étude a été publiée par la revue Tobacco Control, qui fait partie du groupe du British Medical Journal (BMJ). Les fumeurs constituent actuellement près d'un cinquième de la population adulte américaine tandis que tabac serait responsable de 443 000 décès chaque année aux États-Unis. En France, 73 000 personnes meurent chaque année du tabac.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mich2pains - 04/06/2013 - 09:59 - Signaler un abus C'est , du reste , pour cette raison que .....

    Je reste à Popol-emploi plutôt que d'alourdir les charges et coûts d' un éventuel employeur ....

  • Par Bobx - 04/06/2013 - 11:09 - Signaler un abus Discrimination orientée ?

    Je veut bien que l'on fasse ce genre de calculs un peu discriminatoires, mais dans ce cas il faut aller jusqu'au bout de la démarche et faire des études pour d'autres catégories de personnes ! Alors combien coûte un obèse à l'entreprise ? Combien coûte une femme enceinte à l'entreprise ?

  • Par Angath - 04/06/2013 - 16:19 - Signaler un abus Et pourquoi pas...

    Les pauses pipis aussi, c'est vrai quoi, certaines y vont 4 fois par jour. C'est vrai que les pauses cigarettes, WC et autres devraient être déduites du bulletin de salaire....

  • Par warren11 - 05/06/2013 - 15:01 - Signaler un abus bêtise

    Malheureusement , personne n'effectue les mêmes recherches sur la con....rie... Dommage,,ras le bol ces stats à la noix...

  • Par dmetdm - 06/06/2013 - 10:42 - Signaler un abus Un peu de réflexion...

    Bonjour, En lisant les commentaires je me rends compte qu'il y a un peu de tout et n'importe quoi. Objectivement, on ne peut comparer un état de grossesse qui n'est pas une dépendance mais un état normal et naturel et qui n'a rien à voir avec la consommation d'une drogue comme le tabac et ses effets de même qu'il n'est pas possible de rapprocher l'obésité au tabac certaines personnes n'ayant pas choisi de l'être. Le tabac est une drogue, comme l'alcool et comme d'autres produits illégaux eux. Comme toute drogue, elle implique des conséquences négatives en terme de santé physique, mentale et sociale. La vrai question est : de quelle façon (si un jour c'est un objectif) comptons nous développer une société moins stressante et contraignante qui permette à une grande majorité de personnes de vivre sereinement sans avoir recours à des produits.

  • Par jean fume - 07/06/2013 - 21:42 - Signaler un abus Résultats d'enquête stupides.

    Les chercheurs de l'Université de l'Ohio, doivent fumer de la moquette de très mauvaise qualité, pour avoir les neurones aussi encombrées ! L'enquête ne dit pas ce que font les non fumeurs du reste de leur temps. Si c'est pour se les rouler comme le font les fonctionnaires, il vaudrait mieux qu'ils fument. Par ailleurs en poussant l'enquête un peu plus loin, ils se rendraient compte que ceux qui fument au travail, le font en général parce qu'il sont stressés par le travail. Probablement, parce qu'ils s'y donnent plus que les autres. Et donc, il n'est pas impossible que les fumeurs soient plus productifs que les autres. Mais pour s'en rendre compte, il faut faire des enquêtes sérieuses.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€