Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 03 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Syrie : la première dame syrienne parle pour la première fois depuis le début de la guerre

Asma el-Assad a donné une interview pour la chaîne russe Rossiya 24, affirmant qu'elle avait toujours refusé de quitter son pays, malgré les instances extérieures.

Fidèle

Publié le
Syrie : la première dame syrienne parle pour la première fois depuis le début de la guerre

Voilà 5 ans qu'elle se faisait discrète, laissant à son époux le monopole de la parole politique. Asma el-Assad a finalement décidé de prendre la parole, ce mardi, sur la chaîne russe Rossiya 24. Fidèle à son mari, elle explique qu'elle a toujours refusé de fuir. "Je n’ai jamais songé à être ailleurs... Oui, on m’a proposé de quitter la Syrie, ou plutôt de m’enfuir. Ces propositions incluaient des garanties pour la sécurité et la protection de mes enfants, et même la sécurité financière". Et selon elle, ces propositions n'étaient pas qu'une question de sécurité pour elle et ses enfants.

"Pas besoin d’être un génie pour comprendre où ces gens voulaient en venir" souligne-t-elle. "L’enjeu n’était pas mon bien-être ou mes enfants, il s’agissait d’essayer délibérément de briser la confiance du peuple dans son président".

La première dame s'est aussi vivement attaquée aux "médias occidentaux" qui ont "décidé de se concentrer" sur ces tragédies comme la mort du petit Aylan "car elles correspondaient à leur agenda (…) L’ironie est que les médias occidentaux préfèrent se focaliser uniquement sur la difficile situation dans laquelle se trouvent les réfugiés et les gens qui vivent sur les territoires contrôlés par les groupes armés."

Née à Londres, Asma el-Assad a longtemps été présentée comme la face occidentale et moderne du régime syrien. Elle s'était faite plus discrète depuis le début de la guerre en Syrie mais des rumeurs sur sa fuite l'avaient forcées à réapparaitre à la télévision.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€