Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sommet de l'Otan : Donald Trump accuse l'Allemagne de financer la montée en puissance du Kremlin

Avant même que le sommet de l'Otan ne débute aujourd'hui à Bruxelles, Donald Trump s'en est violemment pris à Angela Merkel et à l'Allemagne qu'il accuse d'être sous l'emprise russe.

Coup d'éclat

Publié le
Sommet de l'Otan : Donald Trump accuse l'Allemagne de financer la montée en puissance du Kremlin

Donald Trump n'aura pas attendu le sommet de l'Otan -qui débute aujourd'hui à Bruxelles- pour régler ses comptes avec Angela Merkel. Alors qu'il petit-déjeunait avec Jens Stoltenberg -secrétaire général de l'Otan- le Président américain en a profité pour lancer une pique à l'Allemagne, qu'il juge "totalement contrôlée par la Russie" et qu'il accuse de financer la montée en puissance du Kremlin. 

Donald Trump faisait ici référence aux importations massives de gaz de Sibérie et plus particulièrement au gazoduc Nord Stream II, un projet qui verra le jour d'ici 2020 et qui permettra à l'Allemagne de doubler ses importations directes de gaz en provenance de la Russie. La Maison Blanche avait déjà condamné  le Nord Stream II à plusieurs reprises, notamment pour des raisons sécuritaires et d'indépendance énergétique. Mais ce matin, D. Trump est allé plus loin estimant que ce n'était "pas juste" que les américains défendent "l'Allemagne de la Russie, tandis que le première paie des milliards à la seconde et l'aide ainsi à s'enrichir". Dans une diatribe de plus de quatre minutes, le Président américain a aussi reproché à l'Allemagne de ne pas contribuer suffisamment au financement de l'alliance Atlantique, arguant que "l'Allemagne est un pays riche" et qu'elle "peut augmenter sa contribution dès demain sans problème".

Aux accusations de Donald Trump, la Chancelière allemande a répondu qu'elle avait elle même vécue "dans une partie de l'Allemagne occupée par l'Union soviétique" et qu'elle était très heureuse que le peuple allemand soit "aujourd'hui unis, dans la liberté, en tant que République fédérale d'Allemagne" et que l'Allemagne menait, par conséquent, ses "propres politiques" et prenait "des décisions indépendantes". 

Suite à cet échange par biais interposés, la Maison Blanche a annoncé que A. Merkel et D. Trump se rencontrerait en marge du sommet. Pour autant, le Président américian semble être parvenu à faire ressortir les discensions existantes au sein de l'Europe. A peine ses remarques sorties dans la presse, qu'elles étaient déjà saluées par le Président polonais, Andrzej Duda.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 11/07/2018 - 16:05 - Signaler un abus Question

    Nous sommes aujourd'hui 7 ème puissance économique du monde. Certes nous avons régressé, mais est-ce que Macron s'exprime et agit comme la position du pays pourrait l'autoriser ? Face à un Trump qui bouleverse la planète, un Poutine craint et respecté, une Merkel solide, que fait Macron ? Il a suscité beaucoup d'attentes, beaucoup d'espoirs, mais concrètement plus d'un an après, que reste t-il ? Concrètement, il ne s'est imposé nulle part, il ne s'est battu sur rien, il n'a rien obtenu en Europe. Jupiter devrait se ressaisir et arrêter de faire de la com pipeau. La mousse ne suffit pas pour apprécier une bonne bière !

  • Par ISABLEUE - 11/07/2018 - 16:05 - Signaler un abus houla Donald laisse Wladimir tranquille

    l'Europe a besoin de gaz.. ce n'est pas les USA qui va nous en vendre...

  • Par CasCochyme - 11/07/2018 - 16:18 - Signaler un abus attentes et espoirs?

    En ce qui me concerne, il n'a suscité strictement aucune attente ni aucun espoir. Surpris de voir que certains puissent être surpris, voire décus, dans ces colonnes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€