Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 27 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sommés de quitter les lieux avant le printemps, les zadistes ne comptent pas partir pour autant

La lutte pour l'abandon du projet d'aéroport est finie, mais une autre ne fait commencer pour les activistes de Notre-Dame-des-Landes : celle pour la survie de leur ZAD.

Chacun son tour !

Publié le
Sommés de quitter les lieux avant le printemps, les zadistes ne comptent pas partir pour autant

S'ils occupent une grande partie de l'espace médiatique et ont indéniablement participé à l'échec du projet d'aéroport, les zadistes ne font pas l'unanimité parmi les opposants. En particulier parmi les agriculteurs et riverains qui eux aussi ne voulait pas d'un aéroport chez eux. Et cet état des lieux n'a pas changé avec l'annonce de la victoire contre l'aéroport. En cause, le projet d'une centaine de zadistes de rester sur les lieux, malgré la fin de leur lutte. Le projet est désormais de mettre en place une "zone d'aménagement définitive". 

Sébastien, agriculteur zadiste installé sur les lieux depuis cinq ans se fait même menaçant : "Je ne pense pas qu'Emmanuel Macron veuille réveiller la bête".

Et de poursuivre : "S'ils veulent nous expulser, ils vont se retrouver avec 10.000 personnes sur le dos". La précédente tentative, menée par le gouvernement Ayrault, s'était avérée être un fiasco total. 

Après la victoire, le butin.

Les terres ont officiellement été cédées à Vinci, mais l'entreprise devrait les laisser à l'Etat, qui s'est engagé à ne pas les rendre aux Zadistes. Ceux-ci, qui nient de toute façon l'autorité du gouvernement (ils sont autonomistes) sur "leur" territoire refusent de facto la proposition d'expulsion (jusqu'au printemps) proposée par le Premier ministre. Une proposition pourtant plus raisonnable que celle du ministre de l'Intérieur qui voulait commencer l'évacuation dès le jour de l'annonce, et ce quel que soit le résultat.

Cependant, les prétentions des zadistes font grincer des dents, et pas qu'à Paris. Les communes des alentours se plaignent régulièrement des problèmes que posent la Zad, que ce soit dans le traitement des ordures, dans l'acheminement de l'eau courant ou de l'électricité (tous ces services étant "empruntés" à l'Etat dont ils prétendent pourtant se libérer). Les témoignages parlent aussi des queues aux distributeurs de billet alentour pour venir retirer le RSA mensuel. 

Les élus locaux demandent donc l'expulsion des zadistes. Mais nombreux sont ceux qui pourtant se taisent, de peur de "représailles" de la part des zadistes. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par christian gaillard - 17/01/2018 - 18:21 - Signaler un abus et ils ont bien raison, la oû

    et ils ont bien raison, la oû il n'y a pas de gêne il n'y a pas de plaisir....... charmante couillonnade ubuesque...! je retourne au silence de la désespérance ! un ex Filloniste qui avait un peu espéré...!

  • Par Alain Proviste - 17/01/2018 - 18:33 - Signaler un abus Comment faire ?

    Ces gens sont là par la force, que peuvent-ils comprendre d'autre que la force ?

  • Par jc0206 - 17/01/2018 - 22:00 - Signaler un abus Autonomistes qui imposent leur point de vue .....

    Et exigent des rester dans leur ZAD, immigrés clandestins qui exigent et à qui on accorde gîtes, couverts et bientôt papiers, djihadistes qui intentent un procès à la France sous prétexte de détention arbitraire .... ce gouvernement ne maîtrise rien, ça va mal finir.

  • Par vangog - 17/01/2018 - 22:04 - Signaler un abus Accordons-leur l’autonomie totale sur leur ZAD!

    Lorsque les fascistes-zadistes ne pourront plus retirer leur RSA dans les distributeurs hors-ZAD, ils rentreront sagement chez maman...fin du problème! (Et même pas besoin de faire chier les CRS...)

  • Par J'accuse - 17/01/2018 - 22:46 - Signaler un abus Macron croyait se sortir d'affaire en reculant ? Il s'enfonce

    Quand on capitule sans condition, il ne faut pas s'attendre à ce que les vainqueurs soient magnanimes: ils vont en profiter pour exiger davantage. Macron et Philippe ayant baissé leur culotte, les zadistes vont maintenant vouloir qu'ils enlèvent leur slip.

  • Par Phélé - 18/01/2018 - 01:17 - Signaler un abus De ZAD en ZEC

    Je propose de transformer la ZAD en ZEC, Zone d’Entraînement Canadair. Largages nuit et jour pendant deux semaines. D’après les écolos, ce sont des zones humides, ça ne peut que les satisfaire.

  • Par HOURCAILLAOU - 18/01/2018 - 07:40 - Signaler un abus bien sur que non

    le repris de justice J.BOVE a obtenu que l.etat vende ou loue aux zadistes des terrains.pour rester. tout etait ficelle depuis mai 2017. on dramatise,on met en scene 1 plan d.evacuation,sachant qu.elle n.aura pas lieu, et le bon peuple francais tombe dans le panneau et encense la DICTATURE en place.

  • Par cloette - 18/01/2018 - 07:48 - Signaler un abus ha ha ha

    Pas fini cette histoire ! Le gouvernement boira le calice jusqu'à la lie !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€