Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sénatoriales : un mauvais résultat pour En Marche, pas de nouveau siège pour le FN, la droite confortée

Le parti d'Emmanuel Macron devrait compter entre 20 et 30 sénateurs, contre 29 avant le scrutin.

Elections

Publié le
Sénatoriales : un mauvais résultat pour En Marche, pas de nouveau siège pour le FN, la droite confortée

Les grands électeurs (conseillers régionaux, départementaux, sénateurs, députés...) étaient appelés ce dimanche à élire la moitié des sénateurs. A l'issue du scrutin, "les électeurs ont conforté la majorité sénatoriale" de droite, a annoncé le président réélu du Sénat, Gérard Larcher (Les Républicain). Il a promis une "majorité exigeante et positive". Pour lui la contre-performance des candidats de la République en marche vient du fait que les élus locaux veulent "confiance et respect" de la part d'Emmanuel Macron, "ce qui a manqué ces derniers temps".

Dans un communiqué, Les Républicains ont salué "une victoire pour la droite et le centre" et commenté : "les mauvais résultats d’En marche [...] montrent que la lune de miel entre les Français et Emmanuel Macron est terminée".

"Je ne dirais pas que c'est un succès", a commenté, lapidaire, le chef de fil des sénateurs LREM, François Patriat. Le parti ne devrait compter que "20 à 30 sièges" ce soir, contre 29 avant le scrutin.

Le Front national n'a, lui, obtenu aucun sénateur supplémentaire, mais fait état d'une forte progression de ses voix : il en a obtenu 2026, alors qu'il ne disposait que de 700 grands électeurs environ.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lexxis - 24/09/2017 - 22:40 - Signaler un abus DÉBLAYAGE

    C'était auparavant "ni droite, ni gauche". C'est maintenant et en plus "ni centre" ou presque.Les collectivités locales n'ont pas eu besoin de descendre dans la rue, elles sont descendues aux urnes et le résultat est sans appel. Il est plus facile de duper 50 millions d'électeurs que 76 000 grands électeurs... confrontés quotidiennement aux difficultés du terrain et ne fréquentant majoritairement pas les ors de la République.Au Sénat, la réponse est claire: c'est le Recul En Marche!

  • Par cloette - 25/09/2017 - 09:31 - Signaler un abus Un recul de 30%

    chez les grands électeurs, et aussi certainement l'ensemble de oui les électeurs , ce qui fait qu'au lieu de 24% il est sans doute aux alentours de 15% .

  • Par l'enclume - 25/09/2017 - 11:17 - Signaler un abus A chacun son slogan

    lexxis - 24/09/2017 - 22:40 - "c'est le Recul En Marche!" J'opterais pour "En Marche Arrière Toute"

  • Par clint - 25/09/2017 - 12:44 - Signaler un abus A droite il y a déjà des "traitres" de prévus !

    Il y en a déjà à l'assemblée, alors dans un sénat qui est déjà "mou" par définition il y en aura !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€