Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sécurité : le Royaume-Uni continuera à respecter la compétence de la Cour de justice européenne, annonce Theresa May

C'est une une nouvelle concession majeure de Theresa May dans la négociation sur le Brexit.

Brexit

Publié le
Sécurité : le Royaume-Uni continuera à respecter la compétence de la Cour de justice européenne, annonce Theresa May

Lors d'un discours prononcé ce samedi 17 février à l'occasion de la Conférence de Munich sur la sécurité, la première ministre britannique Theresa May a plaidé pour un accord "urgent" sur la sécurité entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE). "Ce n'est pas une époque où nous pouvons permettre que notre coopération soit inhibée, que la sécurité de nos citoyens soit mise en danger par une concurrence entre partenaires, des rigidités institutionnelles et des idéologies bien ancrées", a-t-elle averti dans son discours.

"Il y a déjà dans d'autres domaines, comme le commerce, des relations stratégiques entre l'UE et des pays tiers", a dit Mme May, "et il n'y a aucune raison juridique ou opérationnelle qui empêcherait un accord dans le domaine de la sécurité intérieure".

Cet accord devra établir des mécanismes pour organiser le respect de la souveraineté de chacun, a-t-elle déclaré, mais lorsque Londres coopérera avec Europol, ou le Système d’information Schengen (SIS) ou utilisera le mandat d’arrêt européen, "le Royaume-Uni respectera la compétence de la Cour de justice européenne".

C'est une concession importante pour le Royaume-Uni, dans la mesure où depuis octobre 2016, Theresa May a fait de la rupture avec la CJUE "le symbole du retour à la souveraineté et une très nette « ligne rouge » dans les négociations avec les 27", rappelle Le Monde. "Nous devons trouver une formule solide et adaptée de résolution indépendante du contentieux", a-t-elle déclaré samedi.

A propos de l’échange des données, domaine crucial en matière de traque des criminels et de lutte contre le terrorisme, Theresa May a aussi reconnu que Londres continuerait à respecter les règles de l’UE après le Brexit.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker n'a pas commenté le discours de Mme May, mais a répété que les Européens n'étaient pas "en guerre" contre Londres et qu'ils souhaitaient conserver "ce pont de sécurité, cette alliance sécuritaire" avec les Britanniques.

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 17/02/2018 - 18:42 - Signaler un abus Pauvre femme

    Les électeurs apprécieront. Le lobby libéral bobo Brito-londonien essaie n’importe quoi pour ignorer le Brexit. Remain fucked up dudes!

  • Par vangog - 18/02/2018 - 01:55 - Signaler un abus Ah putain! La cour de justice europeiste noyautée

    par les trotskystes! May est morte, car les vrais Englishs ne lui pardonneront jamais cette lâcheté...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€