Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 22 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Au Trocadéro, Nicolas Sarkozy se pose en défenseur de la valeur travail

Le président-candidat s'est exprimé devant des dizaines de milliers de militants.

Présidentielle

Publié le

A cinq jours du deuxième tour de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a rassemblé ses militants au Trocadéro. Dès le début de son discours, il revendique "200 000" personnes présentes pour ce grand rassemblement. Le président-candidat commence son discours sur le thème de la nation, en évoquant de Gaulle, Lamartine, et se revendiquant du drapeau tricolore contre le "drapeau rouge" des syndicats.

Le président-candidat a fustigé les 35 heures qui ont "affaibli les entreprises" et "détruit des milliers d'emplois".

Il a également épinglé la retraite à 60 ans. Il s'est voulu rassembleur de "toutes les sensibilités" se revendiquant l'héritier de tous les défenseurs des valeurs françaises.

Nicolas Sarkozy a appelé les syndicats à abandonner les idéologies. "Je dis aux syndicats: laissez de côté les partis. Votre rôle n'est pas de défendre une idéologie, votre rôle est de défendre les salariés et le travail. Dans la République, ce ne sont pas les syndicats qui gouvernent, c'est le gouvernement". Et s'il y a des blocages, "on donne la parole au peuple, c'est cela la démocratie" a-t-il lancé.

Il a longuement évoqué un "modèle français" où "enfin on se fera confiance" et "où chacun prendra ses responsabilités". "Si nous avons pris le risque de nous rassembler, ce n'est pas contre quiconque, nous n'avons pas d'ennemis, pas d'adversaires, nous avons la France dans le cœur" a-t-il déclaré.


"Je veux un modèle français où le poids des règles et des normes qui pèse tant sur chacun d'entre vous sera allégé", explique Nicolas Sarkozy à propos du travail. Mais, explique le président candidat, "en France le salaire n'est pas trop haut, il est trop bas. La baisse des salaires, ce serait entrer dans le cercle vicieux de la récession".

"Je veux dire à tous ceux qui ne connaissent pas la France du travail, que le patrimoine c'est des dizaines d'années de labeur, elle le regarde avec émotion, je veux dire à cette France du travail qu'elle n'a pas à s'excuser pour son travail, son mérite, ses efforts. Ce qu'elle possède la France du travail, elle l'a gagné. C'est le sien, ce n'est pas le patrimoine de l'Etat. On n'a pas le droit de culpabiliser la France du travail" a-t-il déclaré.

Le président-candidat s'est aussi posé en défenseur des travailleurs. "On n'a pas le droit de culpabiliser la France du travail. Remettre en cause le quotient familial, matraquer les classes moyennes, ce serait briser pour longtemps la France du travail", martèle Nicolas Sarkozy. "La France du travail n'est pas avide, cupide, malhonnête, immorale, c'est pour ça qu'elle ne supporte pas les mises en cause de la France. La France doit être aimée et respectée, voilà notre message".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par fetnat68 - 01/05/2012 - 15:12 - Signaler un abus 200.000 personnes

    c'est grandiose au troca. quel bonheur de voir notre France forte rassemblée. Apres des semaines, des mois de lynchage, de démolition, de mensonges médiatiques, nous sommes toujours la et ne lâcherons rien. Merci Nicolas!

  • Par ZOEDUBATO - 01/05/2012 - 16:21 - Signaler un abus Veni, vici, vinci

    Le Général Boulanger a fui avec sa maîtresse à Tulle sous le prétexte de rendre hommage au seul ouvrier de la direction du PS et qui s’est suicidé en prenant conscience de l’état de déliquescence morale de son parti dont presque tous les dirigeants s’enrichissaient en dormant (cf. : déclaration de la famille après sa mort) A Paris les colonnes infernales qui ont ravagées la Vendée se sont reformées sous les drapeaux rouges du sang des pauvres gens qu’ils avaient pillés Ils étaient près, à nouveau, à mettre à feu et à sang tout les travailleurs qui produisaient les richesses de la France afin de s’enrichir en dormant, accroître leurs privilèges égoïstes de nantis à statut et faire de la place pout leur clientèle politique Mais ils se sont débandés quand ils ont vu la masse immense des travailleurs honnêtes qui voulaient conserver le fruit de leur travail, rester au cœur de la vie publique et construire une France forte de citoyens.

  • Par RF - 01/05/2012 - 16:25 - Signaler un abus La France forte, tricolore et fraternelle

    C'est la France que nous voulons et pas cette France haineuse de la lutte de classes avec leurs drapeaux rouges qui ne sont pas les nôtres. Nicolas Sarkozy a trouvé les mots justes et la bonne sensibilité pour parler au peuple de France rassemblé. Merci Nicolas!

  • Par lemayec - 01/05/2012 - 16:29 - Signaler un abus Il veut , il veut

    c'est nous qui allons vouloir! qu'il passe à la trappe

  • Par lemayec - 01/05/2012 - 16:35 - Signaler un abus Bien sur , travail , famille , Patrie

    C'est le retour aux sources

  • Par ZOEDUBATO - 01/05/2012 - 16:41 - Signaler un abus @Lemayec : rappel historique

    Pétain est un homme de gauche élu par une assemblée de gauchequi a gouverné avec des ministres de gauche et fait une politique de gauche La droite n'a aucun lien avec le Pétainisme qui est un régime de gauche

  • Par diane2012 - 01/05/2012 - 17:34 - Signaler un abus EN AVANT !

    Foule immense, fierté , determination. On lâchera rien ! L'interêt général, le dépassement de soi, le courage la générosité c'est nous avec N. Sarkozy ! Les gagnants c'es encore t nous ! le BLEU CIEL c'est nous ! le rouge, le rose, le marine ce sera NON ! et toujours NON !

  • Par Petit Poucet - 01/05/2012 - 18:22 - Signaler un abus Bravo Nicolas

    C'est courageux de vouloir reformer. Il n'a pas pu tout faire en cinq ans mais il a gere une crise mondiale. Ne pas le reconnaitre c'est seulement de la mauvaise foi et le PS n'en manque pas.

  • Par ricouti - 01/05/2012 - 18:48 - Signaler un abus Sarkozy, branche politique du MEDEF

    La meilleure façon de défendre la "valeur travail" , c'est de faire baisser le chômage. Or il est à son point le plus haut.

  • Par 24juin59 - 01/05/2012 - 18:53 - Signaler un abus Le PS continue sur sa stratégie de démolition

    Vos propos, lemayec, sont ce qu'on entend depuis 6 mois : "Sarkozy ci, Sarkozy cela". Si vous n'avez rien d'autre dans votre besace, passez votre chemin. Qu'avez vous à nous proposer à la place ? Les 35 heures, la retraite à 60 ans, plus d'impôts pour les mêmes, un candidat qui ne fout rien depuis 10 ans et qui n'est pas capable de gérer un département, le droit de vote aux étrangers, l'idée d'un plan de relance (comment? Seul le titre nous a été proposé), l'éventualité d'un partage du pouvoir avec Mélenchon (comment se fait-il que malgré la haine qui partage les 2 hommes, celui-ci appelle à voter pour Hollande), l'idée d'un respect de l'équilibre budgétaire (comment? Seul le titre nous a été proposé ici aussi)... Bref que des discours pleins de haine. Et vous, lemayec, n'oubliez pas qu'il y a plus de 71% des Français qui n'ont pas voté pour Hollande au 1er tour. Et le fait d'avoir insulté plus de 50% des Français (je vous rappelle : la droite bling bling, les fachos... qui en ont plein les bottes de se faire dénigrer) lui garantit une France très divisée s'il est élu.

  • Par 24juin59 - 01/05/2012 - 18:56 - Signaler un abus @ricouti

    Comparez l'évolution du chômage avec ce qu'elle a été dans les crises précédentes, et vous verrez bien que le taux de chômage pourrait être beaucoup haut plus vu la crise qu'on vient de traverser. Faites un petit effort et rappelez vous les consignes données aux banques et aux constructeurs automobiles, la prime à la casse...

  • Par 24juin59 - 01/05/2012 - 18:59 - Signaler un abus Et puis zut les socialos : dites nous ce que propose Hollande..

    ... pour réduire le chômage et la dette en même temps, pour permettre aux entreprises d'investir, pour protéger les travailleurs français. Je vous le dis : il n'y a rien. C'est un tissu d'incohérence qui vient d'un homme incapable de gérer les finances d'un département qu'il a sous sa responsabilité (et ne me dites pas qu'il va autre chose à faire pendant ces 10 années écoulées)

  • Par ZOEDUBATO - 01/05/2012 - 19:01 - Signaler un abus @ricouti : Faux par omission et défaut d'infos fiables

    1/ Sous Mitterand alors qu'il n'y avait pas eu de crise le chômage est monté aux alentours de 5 000 000 à tel point que le PS a changé les règles de comptage 2/ Le chômage est plus important dans les départements et régions dirigés par la gauche et qui n'ont pas appliqué la politique de NS que dans ceux qui ont appliqué la politique de NS 3/ Votre raisonnement ne tient pas compte de la crise économique et devrait être complété par une comparaison avec les autres pays Européens Serait-ce trop demande à la gauche d'éviter les mensonges par omission et de faire des commentaires à partir de dossiers complets et objectifs et non sur des propagandes idéologiques sans fondements ? Au fait le taux d'augmentation du chômage sous NS n'est que peu supérieure à celui de JOSPIN qui a profité d'une période de croissance (les 35 H ont fait un massacre de l'emploi)

  • Par léonard simon - 01/05/2012 - 19:39 - Signaler un abus Si monsieur Hollande avait

    Si monsieur Hollande avait le sens des responsabilités, le sens du travail, des convictions fortes, de l'énergie pour faire bouger les lignes, il serait monté au front pour défendre un programme courageux dans une période dangereuse. Non ! Cela il ne le peut. Sous couvert de morale politique, il annonce qu'il veut devenir le Président qui préside, déléguant le boulot(un mot qu'il ne prononce jamais, ça fait trop prolo) à une bande de revanchards fidèles à la maxime" moins de boulot, plus d'impôts". Cela fait plusieurs années que je ne vote plus, mais dimanche j'irai voter pour ne pas avoir ce poupon fainéant et sans idées à la tête de l'Etat. .

  • Par Mimi Defrance - 01/05/2012 - 19:42 - Signaler un abus ferveur et mobilisation

    J'étais au Trocadéro, pour un Président si décrié, si chahuté pendant 5 ans, j'ai constaté beaucoup de monde, un rassemblement d'envergure avec beaucoup de jeunes, une ferveur et une envie de gagner énorme. En tout état de cause s'il perd dimanche, François Hollande devra compter sur une opposition forte, qui ne lui facilitera pas la tâche.

  • Par toulonrct - 01/05/2012 - 19:54 - Signaler un abus trocadéro

    si mon çamp est battu dimanche,j'aurai au moins pris mon pied aujourd'hui bravo nicolas!!!

  • Par 24juin59 - 01/05/2012 - 20:05 - Signaler un abus Bravo Léonard Simon

    Si, au contraire de vous, j'ai toujours voté, je n'ai pas toujours été fan de l'UMP ou de son candidat. Aujourd'hui c'est encore le cas, mais comme vous, il est hors de question que je n'essaye pas d'empêcher une catastrophe pour la France. J'irai voter Nicolas Sarkosy pour nous éviter le président le moins compétent qu'ai connu la 5ème république, qui de surcroit s'est déjà allié à l'ensemble du front de gauche (on ne parle pas seulement de Mélenchon, mais également de Joly, Arthaud et Poutou). Non à la dictature marxiste et oui à la liberté d'entreprendre et de travailler.

  • Par ricouti - 01/05/2012 - 21:11 - Signaler un abus Les faits sont têtus : le chomage augmente.

    @robot zoedubato : vous pouvez noircir 250 pages, les faits sont tetus : le chomage est à son plus haut niveau. Vous avez bien sur le droit de de considerer que c'est un succes. La crise n'est pas un phenomene de la nature. C'est celle du systeme ultra liberal avec lequel Sarkozy se declarait en symbiose en 2007. Il dit le contraire maintenant, mais il a dit tout et son contraire sur tous les sujets.

  • Par Mémoris - 01/05/2012 - 22:48 - Signaler un abus L’IMPERMANENCE DES CHOSES

    Salir, salir, salir... (procédé trotskiste) il en restera toujours quelque chose.... Du moins, certains, essaient-ils de s'en convaincre.... Et s'auto persuadent que de ramasser des arguments dans les caniveaux de la pensée dogmatique pourraient leur être de quelque profit.... Exister?... Peut-être... En tout cas c'est ce qu'on leur souhaite... Peut-être qu’avec le secours d'une lecture édifiante... Trotsky, par exemple ?... Sans doute… Pour méditer sur les aléas d'argumentations qui, à peine prononcées se voient aussitôt invalidées par l'histoire du monde ? ... Mais... alors... le socialisme....? La même question se pose pour l'impermanence des choses... Et c'est tant mieux !

  • Par Mémoris - 01/05/2012 - 22:55 - Signaler un abus LA STATURE DU PRESIDENT

    A quelques quelques heures de son discours, place du Trocadéro. La France a pu constater que le costume présidentiel de N. Sarkozy est taillé dans le tissu Gaullien. Aujourd’hui, qui peut encore contester la stature du Président de la république : enchâssée dans l’avenir de la France et des Français. M. Nicolas Sarkozy, la France compte sur vous ! Dès le 7 Mai !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€