Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Santé : la moitié des médicaments sans intérêt, voire dangereux

Selon les recherches de Philippe Even et Bernard Debré, 20% présentent des risques et 5% sont même "potentiellement très dangereux".

Gachis

Publié le

50% des médicaments que nous utilisons sont sans effet,  20% présentent des risques et 5% sont même "potentiellement très dangereux".

Ce sont les observations de deux professeurs dans leur livre "Le guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux". Philippe Even et Bernard Debré ont compilé pas moins de 20 000 études pour faire le point sur les vertus ou les méfaits des médicament les plus couramment utilisés. "C’est d’abord un outil pour les malades et les praticiens, mais aussi une matière de réflexion pour les politiques qui, théoriquement, devraient prendre des décisions", a expliqué sur Europe 1 le professeur Philippe Even.

Ce gaspillage est évalué à une perte de 10 milliards par an pour la France, qui pourrait économiser jusqu'à 15 milliards en cessant de rembourser les médicaments incriminés. Mais l'industrie pharmaceutique, elle, y perdrait gros. Les auteurs mettent donc en garde contre le système actuelle de contrôle des molécules mises sur le marché, qui reste opaque et trop laxiste.

La cause de ce gâchis : la multiplication lucrative de nouvelles molécules présentées comme innovantes, mais qui en réalité s’avèrent avoir au mieux la même efficacité que les molécules traditionnelles, et sont souvent plus dangereuses. Les molécules les plus efficaces ont souvent été mises sur le marché il y a longtemps, et ne rapportent plus suffisamment. ainsi, les antidiabétiques les plus performants datent des années 1960. Pour continuer à dégager du profit, l'industrie a donc développé de nombreux ersatz, moins efficaces, mais lucratifs.

Parmi les mauvais élèves pointés comme potentiellement inutiles voire dangereux, plusieurs familles reviennent régulièrement : "les médicaments utilisés en psychiatrie, en neurologie, certains anti-inflammatoires, les antidiabétiques mis sur le marché depuis dix ans". Mais aussi "les expectorants, les veinotoniques, les antitussifs ou encore les dilatateurs artériels destinés à oxygéner le cœur et le cerveau et qui n’ont absolument pas la moindre efficacité mais qui sont dangereux", détaille Philippe Even.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par RcommeRobert - 13/09/2012 - 09:27 - Signaler un abus Bien

    Voilà une piste intéressante pour réduire "le train de vie" de l'Etat. Et peut-être aussi du travail en perspective pour la Justice

  • Par vangog - 13/09/2012 - 20:52 - Signaler un abus Le "médicament" ne représente pas plus de 13% du budget de la SS

    Mais, depuis 30 ans, il représente 100 % des explications des commentateurs et journalistes très partiaux pour tenter d'expliquer l'augmentation régulière du déficit de la SS- cela fait donc trente ans que les pharmaciens sont la ligne de mire des technocrates charges de retablir l'equlibre du budget de la SS, avec le succès que l'on sait!...et depuis trente ans, ces médiocres commentateurs et curateurs de la SS ne se sont jamais demande s'il existait d'autres raisons et nous resservent tous les ans leur litanie anti-médicaments, peut-être parceque les laboratoires pharmaceutiques constituent la dernière enclave libérale dans l'immense marigot dirigiste de la SS! Mais pas question de pointer du doigt la gestion hospitaliere(50% du déficit), ni les dérives des AT abusifs, vacances prises dans les stations thermales aux frais de la SS, mafia des taxi ambulance, des infirmières libérales etc... La France est aveugle et sourde des qu'il s'agit de ses "privilèges sociaux"!

  • Par Ganesha - 14/09/2012 - 11:21 - Signaler un abus Mandarins

    J'ai souffert de tendite de mes deux tendons d'Achille et j'ai consulté deux professeurs d'orthopédie dans des hôpitaux réputés de la banlieue-ouest parisienne. Ces mandarins prestigieux ne m'ont pas demandé si j'avais pris une certaine catégorie d'antibiotiques : ils n'avaient aucune hypothèse d'explication à me proposer. J'ai fini par le découvrir par moi-même... Ignorance ou dissimulation ? A un certain âge et lorsqu'on est en haut de la hiérarchie, on semble perdre sa curiosité et ses capacités de contestation !

  • Par Ganesha - 14/09/2012 - 12:33 - Signaler un abus URSS

    C'est évidemment un peu gênant pour les chantres invétérés du libéralisme, mais ce livre met en lumière un échec de leur système économique favori, qui est dix fois pire que ce qu'a connu l'Urss ! Que préferrez-vous : un peu de pénurie (une forme d'austérité...) ou la surabondance de produits mensongers, ruineux et toxiques ?

  • Par Vinas Veritas - 14/09/2012 - 19:04 - Signaler un abus Oui, mon cher Ganesha, un

    Oui, mon cher Ganesha, un médecin t'a prescrit de la ciprofloxacine sans donner de conseil. Mais à la pharmacie, as-tu vu un vendeur ou bien un pharmacien a pris le temps de te délivrer avec explications ? rien que pour délivrer tes 2 boites et les conseils gratuits, il faut bien 10 minutes !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€