Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Salon de l'Agriculture : nouvelle matinée de tensions, la FNSEA s’en prend aux industriels

Le stand Charal, de la marque Bigard, a été la cible de la colère du syndicat agricole.

Reprise

Publié le
Salon de l'Agriculture : nouvelle matinée de tensions, la FNSEA s’en prend aux industriels

Après le stand du gouvernement, saccagé la veille, c'est une autre cible des éleveurs qui a été prise à partie. Ce dimanche matins, des membres de la FNSEA, le plus important syndicat agricole, s'en s'ont pris au stand Charal, de la marque Bigard, à grands coups d'extincteurs.

L'action des éleveurs de la FNSEA contre la marque Charal La marque est très critiquée car elle a toujours refusé de s'entendre sur les prix avec les éleveurs, pourtant à l'agonie financière. "Toute la marge est confisquée par ces industriels" explique ainsi sur France 3, Jean-Pierre Fleury, président de la fédération nationale bovine. Par ailleurs, le patron de la FNSEA a présenté "ses excuses" au président de la République François Hollande, insulté la veille lors de son passage au salon. "Ça n'est pas respectable, ni pour la fonction, ni pour la personne" a ainsi expliqué Xavier Beulin, au micro d'Europe 1.

Quant au démontage du stand ministériel, il affirme ne pas avoir été mis au courant. "J'ai été prévenu au moment où c'est arrivé", a-t-il plaidé. "Les forces de l'ordre ont cru bon de charger un peu intempestivement et du coup ça a créé l'incident qu'on a vu."

Salon de l'agriculture: Le stand du Ministère... par morandini

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 28/02/2016 - 13:37 - Signaler un abus Bigard, ou la théorie des vases non communicants...

    Chez Bigard ( 20% des abattages de porcs, 40% des abattages de bovins français), le Smic est bonifié de 10 à 15% et la prime de résultat atteint un mois complet les bonnes années...tout cela au détriment des éleveurs français!...l'industriel maîtrise la technique d'étouffement ( des concurrents, et des fournisseurs), la technique Leclerc...la perversion du système vient des monopoles d'état accordés aux quatre grands de la distribution. par les grosses commissions socialistes, les CDAC. Le "permis de tuer" accordé par l'état PS à ces charognards, les autorise à exploiter des monopoles immenses, et à élargir leurs conquêtes vers les centre-ville, en asphyxiant les petites surfaces alimentaires, qui n'ont pas les moyens de lutter contre les "prix objectifs" et les ouvertures le dimanche, permises par Macron. Ce monopole des quatre grands de la distribution, qui s'entendent comme larrons en foire, puisqu'ils ne se concurrencent pas, excepté dans les centre-villes, leur permet d'imposer leur "prix objectifs" à toute la chaine de distribution, dont Bigard fait partie. Celui-ci bénéficie de la concentration du secteur, et tire les prix à la baisse, au détriment des producteurs sacrifiés

  • Par Liberdom - 28/02/2016 - 13:50 - Signaler un abus Ignoble

    C'est le socialisme qui étrangle toute la filière agricole par ses charges, ses taxes et ses règlementations... et c'est le président socialiste qui demande un effort de solidarité à la distribution. Seul l'Etat s'en met plein les poches à chaque stade de la production et de la distribution. C'est comme ça qu'on paie les fonctionnaires et les technocrates auxquels n'est demandé aucun effort de solidarité.

  • Par langue de pivert - 28/02/2016 - 17:48 - Signaler un abus La qualité au prix de la qualité, la merde au prix de la merde !

    Les agriculteurs n'auront pas d'autre choix que de développer leur propre filière de distribution (en n'y mettant que des produits de qualité) y compris les abattoirs et de s'affranchir des groupes de l'agroalimentaire et des centrales d'achats prédatrices.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€