Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 02 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Salaires mensuels de base : malgré la crise, ils ont augmenté de 2,1% en 2012

Cette progression est supérieure à celle de l'inflation (+1,2% sur l'année). Ce qui a permis une hausse "significative" du pouvoir d'achat, selon une étude du ministère du Travail.

Bonne nouvelle

Publié le
Salaires mensuels de base : malgré la crise, ils ont augmenté de 2,1% en 2012

Les salaires mensuels de base sont en hausse en France Crédit Reuters

Il n'y a pas de quoi sauter au plafond. Ce n'est pas encore le retour de la pleine croissance économique. C'est seulement un léger sursaut. Mais un facteur à prendre tout de même en compte. Un indice qui peut laisser entrevoir des jours meilleurs. En France, en 2012, le salaire mensuel de base (SMB) a enregistré une hausse de 2,1%, selon une étude du ministère du Travail publiée lundi. Ce qui est une bonne nouvelle. D'autant plus que cette progression est supérieure à celle de l'inflation (+1,2% sur l'année).

En conséquence, il y a eu une augmentation "significative" du pouvoir d'achat. En effet, en 2011, la hausse du SMB avait été plus importante (+2,3%). Mais comme elle était restée inférieure à l'inflation (+2,4%), le pouvoir d'achat avait au final baissé de 0,1%.

Dans le détail, l'étude du ministère du Travail montre que l'an dernier, le salaire mensuel de base a augmenté de 2,2% pour les ouvriers, 2,1% pour les employés, 2% pour les professions intermédiaires et 1,9% pour les cadres. "Le SMB des employés ralentit significativement après avoir fortement accéléré en 2011" (+2,6%), souligne la Dares, chargée des statistiques du ministère. Le SMB est par ailleurs resté, en 2012, "plus dynamique dans les branches regroupées plutôt industrielles" et "un peu moins dans celles orientées vers le tertiaire", est-il noté.

 

 

La progression est ainsi marquée notamment dans les branches "métallurgie et sidérurgie", "chimie et pharmacie" ou encore "agroalimentaire". L'évolution de l'indice du SMB reflète la variation moyenne des salaires dans les entreprises de 10 salariés ou plus (hors agriculture et emplois publics) mais il n'intègre pas les primes, les gratifications et les rémunérations des heures supplémentaires.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par iznogoud - 30/07/2013 - 09:43 - Signaler un abus Tant que ce n'est pas contraint....

    .... par une augmentation du SMIC (qui entraîne inévitablement dans son sillage inflation et tassement de la grille des salaires, voire perte de compétitivité), une hausse de salaires est plutôt une bonne nouvelle.

  • Par ZOEDUBATO - 30/07/2013 - 11:00 - Signaler un abus Pour que cette étude soit crédible il aura fallu séparer

    Public (par de l'Etat supérieur à 30 % :fonctionnaires +agents publics+ économies mixtes+ ...) du Privé (part de l'Etat et des organismes publiques inférieure à 30 %)

  • Par Gilly - 30/07/2013 - 11:11 - Signaler un abus Une hausse du salaire de base

    ne donne pas automatiquement une hausse du pouvoir d'achat ! Les cotisations salariales ont augmenté, la baisse des commandes dans les entreprises ont fait baissé les primes et les heures supplémentaires. Si vous ajoutez la refiscalisation de ces mêmes heures sup, vous vous apercevez encore une fois que Sapin affiche les salariés dans leur totalité sur le Mur des cons.

  • Par MauvaiseFoi - 30/07/2013 - 12:37 - Signaler un abus @sapin

    Et l'INSEE nous dit qu'il baissé. Cherchez l'erreur.

  • Par MauvaiseFoi - 30/07/2013 - 12:39 - Signaler un abus Erratum

    Et l'INSEE nous dit que le pouvoir d'achat a baissé.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€