Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rythmes scolaires : Jean-Paul Delahaye démissionne, Benoît Hamon seul face à la réforme

Ne cautionnant pas les décisions du nouveau ministre de l’Education nationale, le directeur général de l'enseignement scolaire a levé le camp, quitte à sérieusement handicaper le successeur de Vincent Peillon.

Débrouille toi !

Publié le

Benoît Hamon se retrouve seul pour mettre en place ses réformes. Ne cautionnant pas les décisions du nouveau ministre de l’Education nationale, Jean-Paul Delahaye vient de démissionner. Le directeur général de l'enseignement scolaire, qui regrette vivement Vincent Peillon, avait déjà prévenu qu’il partirait avant l’été mais Benoît Hamon lui avait enjoint de rester un peu plus longtemps.

Jean-Paul Delahaye est à l’origine de la loi de refondation de l'école et de la réforme des rythmes scolaires. Il a donc refusé les aménagements annoncés par Benoît Hamon lors de son arrivée au ministère de l’Education nationale. Désormais, un décret complémentaire doit permettre aux communes d'adapter la réforme des rythmes scolaires. Ce nouveau texte sera présenté ce lundi devant les syndicats en Conseil supérieur de l'éducation. Jean-Paul Delahaye a donc préféré partir avant, handicapant franchement le successeur de Vincent Peillon.

En effet, le directeur général de l'enseignement scolaire maîtrisait tous les dossiers et rouages du ministère. Il a travaillé pour Martine Aubry pendant la primaire socialiste, avec Jack Lang et enfin avec Vincent Peillon pendant près un an et demi. Les médias disent de lui qu’il était un fervent défenseur de la lutte contre les inégalités, très attentif à la réussite de tous.

Qui sera remplacera donc l'expert ? Quelques noms circulent mais rien n’est encore fixé. Benoît Hamon assure qu'il aura un ou une nouvelle directrice de l'enseignement scolaire dans les jours qui viennent. À suivre...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Vautrin - 02/05/2014 - 09:21 - Signaler un abus Tempête dans un verre d'eau

    La démission d'un Delahaye n'a aucune importance, pas plus que les arrangements paramétriques d'un Hamon. Car la stupide pseudo-réforme sera toujours en selle, alors qu'il conviendrait de l'annuler. Le jour où nous verrons un ministre de la rue de Grenelle renoncer à se dire "ministre de l'éducation" et décider d'être "ministre de l'instruction publique" en consacrant ses directives à l'enseignement des savoirs, et strictement des savoirs, sans se soucier d'amuser les enfants de autres fariboles idéologiques, le pays sera en voie de guérison. Un tel ministre n'aurait pas besoin "d'experts" tous plus fous les uns que les autres : il fonctionnerait avec son bon-sens. Ce n'est pas demain la veille !

  • Par Benvoyons - 02/05/2014 - 09:49 - Signaler un abus Le rythme scolaire Français est la négation de la maxime

    "La paresse est la mère de tous les vices " Monsieur Delahaye est le contraire d'un sage. Car celui qui ne voit qu'une voie dans l'utilisation de l' idée de sa réforme, est par définition, un dictateur. Rien n'existe à part lui. Donc la construction de sa réforme n'est pas pour les élèves, mais pour laisser son nom (l'orgueil de son moi) sans tenir compte de l'intérêt général.

  • Par RabatJoie - 02/05/2014 - 09:54 - Signaler un abus Bon débarras

    Si ce sinistre individu est à l'origine de la réforme, bon débarras. Pourvu qu'il parte avec sa réforme et qu'elle termine dans les poubelles de l'histoire, chères à M Peillon.

  • Par XI - 02/05/2014 - 10:01 - Signaler un abus S'il cherchent un incapable à

    S'il cherchent un incapable à reclasser ,comme Harlem Désir, ils ont Dray , le gérant ( intéressé ) des mutuelles étudiantes . Ou alors un vendu " Vert" , pour les remercier d'avoir voté le plan .

  • Par borissm - 02/05/2014 - 10:34 - Signaler un abus Oui, bon débarras

    @RabatJoie : vous avez parfaitement raison. Bon débarras. Si l'on comprend bien l'article, ce personnage (je ne peux me résoudre à l'appeler "monsieur") a "travaillé avec Martine Aubry, Jack Lang et Vincent Peillon". C'est donc à lui que nous devons l'état épouvantable de nos écoles. C'est grâce à lui que nos enfants ne savent pas lire, ne savent pas écrire, ne savent pas parler leur propre langue, ne connaissent rien de leur histoire et ignorent tout du respect d'autrui et de l'éducation la plus élémentaire. Oui, bon débarras. Et si tous les autres dans son genre (la rue de Grenelle en est remplie) pouvaient en faire autant, peut-être que dans dix ou quinze ans les petits français commenceront enfin à savoir quelque chose en sortant de l'école...

  • Par Ravidelacreche - 02/05/2014 - 10:58 - Signaler un abus Benoît Hamon se retrouve seul

    Il n'a qu'a faire un duo avec son pote Marcel.

  • Par MauvaiseFoi - 02/05/2014 - 11:17 - Signaler un abus Le changement c'est maintenant

    L'ignorance pour tous.

  • Par MauvaiseFoi - 02/05/2014 - 11:21 - Signaler un abus Le changement c'est maintenant

    L'ignorance pour tous, la pauvreté pour tous (sauf pour eux) et la justice pour les malfaiteurs et les assassins. .

  • Par RabatJoie - 02/05/2014 - 11:41 - Signaler un abus @rosie8156

    Vous avez malheureusement raison : à chaque fois qu'on est débarasser d'un idéologue nuisible, il s'en trouve un pire pour le remplacer...

  • Par cloette - 02/05/2014 - 11:49 - Signaler un abus Bonne chose

    Bon débarras!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 02/05/2014 - 11:52 - Signaler un abus Classes surchargées.

    Au lieu de perdre du temps en discussions stériles sur les "rythmes" dédiés aux enseignants, nos élus feraient mieux de s'occuper de "l'enseignement". Nos enfants apprendraient peut-être ainsi à lire et écrire dans les écoles publiques. Petite remarque accessoire: 12millions d'élèves/850.000 enseignants, s'ils faisaient tous le même NB d'heure, = 14élèves/classe

  • Par gliocyte - 02/05/2014 - 12:21 - Signaler un abus A mourir de rire

    Ce monsieur représente l'archétype de la personne….inutile. Un "blablateur" qui s'est bien vite recyclé. Professeur de collèges en histoire géo pendant 9 ans puis, ouf, inspecteur d'académie en 1982 et tout le tralala ascensionnel. La planque depuis plus de 32 ans…Très impliqué dans la répression de la violence à l'école. Huit plans ministériels depuis 90 et toujours plus de violence.. Quelle efficacité, quel merveilleux bilan à son actif... Enfin, pour l'égo, il vaut mieux démissionner que d'être fichu à la porte. Et puis comment l'(h)amont peut-il avoir l'aval?

  • Par Pourquoi-pas31 - 02/05/2014 - 12:34 - Signaler un abus Avez vous déjà entendu par quelqu'un

    Je suis pour les inégalités, je me fiche de la réussite des élèves ? Les médias nous assurent que ce monsieur luttait contre tout cela. Ah quel bel esprit, quel magnifique humaniste ! Rien que pour cela il méritait de rester à son poste.

  • Par Adi Perdu - 02/05/2014 - 13:38 - Signaler un abus C'est juste un différent entre...

    Un bolchevik trotskiste du parti ouvrier internationaliste et un bolchevik trotskiste de parti communiste internationaliste. § Une différence É-NOR-ME quant à la politique d'éducation de la Socialie !!! § Donnez-leur des armes qu'ils se battent, qu'ils règlent leurs différents comme des révolutionnaires ! § A mourir de rire.

  • Par pierre325 - 02/05/2014 - 15:49 - Signaler un abus non il est pas seul

    Il est certainement le premier a s'en foutre de la réforme. On la mie la parce que il ressemble a un piquet et qu'un piquet ça ferme ça gueule et ça fait pas de vague. Alors temps qu'il a le chèque pas de soucis.

  • Par ignace - 02/05/2014 - 17:52 - Signaler un abus Il s'est taillé .... Delahaye

    ;;;

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€