Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Royaume-Uni : Google devra rembourser 172 millions d'euros au fisc

Au terme d'une enquête sur ses arrangements fiscaux, le géant du net a annoncé ce lundi le remboursement de 130 millions de livres (172 millions d'euros), d'arriérés d'impôts sur ces dix dernières années.

Redressement

Publié le
Royaume-Uni : Google devra rembourser 172 millions d'euros au fisc

Le taux d'imposition de Google au Royaume-Uni était seulement de 2,77%, contre 20% pour les autres entreprises. Crédit Reuters

Le HMRC, le service des impôts et des douanes du Royaume-Uni, a réalisé une enquête longue de six ans sur les impôts payés par Google dans le pays, dont les conclusions ont mené à un accord très attendu. Pour profiter d'une fiscalité avantageuse, Google transférait une grande partie de son chiffre d'affaires vers son siège européen qui se trouve en Irlande, et s'appuyait également sur des structures dans les Bermudes, afin d'alléger un peu plus les impôts dont il devait s'acquitter. 

Le taux d'imposition de Google au Royaume-Uni était seulement de 2,77%, contre 20% pour les autres entreprises.

Selon le "Tax Justice Network", Google a payé seulement 20,5 millions de livres (27 millions d'euros) d'impôts sur les sociétés en 2013, pour un chiffre d'affaires de 3,8 milliards de livres (5 milliards d'euros), alors que cette somme devait théoriquement atteindre 200 millions de livres (263 millions d'euros) chaque année.

"La taxation des entreprises multinationales fait l'objet de débats depuis des années et le système fiscal international évolue en conséquence. Ce règlement reflète cette évolution", a déclaré un porte-parole du groupe américain dans un communiqué. Le ministère britannique des Finances a salué cet accord. "C'est la première victoire importante dans la campagne conduite par le gouvernement pour garantir que les entreprises paient leur juste part d'impôt sur les bénéfices réalisés au Royaume-Uni et c'est un succès pour notre nouvelle législation fiscale", a dit une porte-parole du ministère.

 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€