Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Robert Ménard traite deux journalistes de "tocards" et le Midi Libre de "journal de merde"

"Aucune discussion n’a été possible puisque Robert Ménard a immédiatement envoyé les deux journalistes "se faire foutre"

Nouveau coup dur

Publié le
Robert Ménard traite deux journalistes de "tocards" et le Midi Libre de "journal de merde"

Leur entrevue n'aura duré que quelques minutes. A leur demande, Olivier Roirand, président du Club de la presse Languedoc-Roussillon et journaliste à TV Sud et Sébastien Hoebrechts, vice-président du club et journaliste à Direct Montpellier Plus, ont rencontré Robert Ménard dans le but d'apaiser les tensions entre les médias locaux et le maire de Béziers.

Le club de la presse raconte leur entrevue mouvementée : "Aucune discussion n’a été possible puisque Robert Ménard a immédiatement envoyé les deux journalistes  "se faire foutre" (sic), les chassant de "sa" mairie en proférant des insultes graves à l’encontre "des tocards", les journalistes locaux, "d'une sous-presse", les médias régionaux et "d'un journal de merde" le Midi Libre" […] Cette attitude est d'autant plus inconcevable que Robert Ménard a débuté en tant que journaliste local à Montpellier et créé Reporters Sans Frontières en terre montpelliéraine".

Jamais pris de court, Robert Ménard a expliqué à Libération qu'il pensait ce rendez-vous courtois, mais qu'il aurait reçu des leçons de morales de la part de Sébastien Hoebrechts et Olivier Roirand. "Pour moi, Midi Libre est un journal d’opposition, et je ne vais pas m’incliner devant eux. J’ai été journaliste, et alors ? Tous les journalistes n’ont pas forcément du talent, et on a le droit de les critiquer sans menacer la liberté de la presse" a-t-il déclaré.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bjorn borg - 22/05/2015 - 19:09 - Signaler un abus Robert Ménard

    est bien courageux !

  • Par vangog - 22/05/2015 - 19:14 - Signaler un abus Les leçons de moraline des journaleux gauchistes...

    on ne veut plus les entendre, car ils fichent la gerbe à tous les français! Ménard a eu raison de les envoyer au placard!

  • Par Liberte5 - 22/05/2015 - 20:04 - Signaler un abus Il dit tout haut.......

    ce que pensent les Français. Les médias globalement sont de gauche, au mieux proche de l'UMP. C'est à dire associés au déclin de la France. Être cela, conduit à ne pas être apprécié des Français.

  • Par Anguerrand - 23/05/2015 - 13:19 - Signaler un abus Je soutient Ménard

    Sans être FN ( lui non plus) je dois dire qu'il fait du bon travail, et que beaucoup d'autres maires devraient en prendre de la graine. Sa ville est majoritairement musulmane et les " de souche" sont heureux qu'un maire ait enfin le courage de les défendre, sans se mettre à plat ventre devant cette religion d'un autre temps et contraire à nos lois et le pouvoir légal. Bravo Ménard, et jetez tous ces journaleux gauchisants. Ils n'informent pas ils tentent de nous laver le cerveau.

  • Par Ex abrupto - 23/05/2015 - 16:51 - Signaler un abus Il ne prend aucun risque:

    Deux journalistes pris au hasard: on a toutes les chances de tomber sur deux tocards compte tenu de l'état dans lequel est cette profession....

  • Par scrat75 - 23/05/2015 - 16:54 - Signaler un abus Bien !!!!!

    Si seulement plus de politiciens à droite les renvoyaient dans leurs nids de gauchistes primaires plus souvent.

  • Par scrat75 - 23/05/2015 - 16:54 - Signaler un abus Bien !!!!!

    Si seulement plus de politiciens à droite les renvoyaient dans leurs nids de gauchistes primaires plus souvent.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€