Samedi 19 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Retraites : c'est parti pour les négociations entre syndicats et patrons

Entouré des ministres concernés, Marisol Touraine, Michel Sapin et Marylise Lebranchu, Jean-Marc Ayrault doit débuter ses auditions ce jeudi.

Jeu d'échec

Publié le 4 juillet 2013
 
Jean-Marc Ayrault entame les concertations sur le dossier des retraites

Jean-Marc Ayrault entame les concertations sur le dossier des retraites Crédit Dailymotion / Matignon

"Le plus difficile commence" disait-on au cabinet de Jean-Marc Ayrault après la remise du rapport Moreau sur les retraites il y a quelques jours. Car désormais, le gouvernement va désormais devoir se lancer et travailler pour trouver la meilleure solution. Ainsi, ce jeudi, le Premier ministre va donner le coup d'envoi de la concertation avec les délégations syndicales et le patronat. 

Mais cela ne s'annonce pas simple. Alors qu'elle avait formé le gros des bataillons en 2010 contre la réforme Sarkozy qui a mis fin à la retraite à 60 ans, la CGT s'apprête à nouveau à mener la contestation dans la rue, préparant déjà meetings et défilés pour septembre. Déplorant de ne pas être écoutée, la CGT rejette en bloc le rapport de Yannick Moreau.

Ce rapport préconise plusieurs mesures à prendre pour combler une partie des 20 milliards de déficit prévus à l'horizon 2020 par le Conseil d'orientation des retraites (Cor). Une prévision trop optimiste a toutefois jugé fin juin la cour des Comptes qui anticipe un trou de 60 milliards en 2030, si rien n'est fait. Parmi les mesures proposées dans le rapport Moreau figure en bonne place l'allongement de la durée de cotisation, qui est actuellement de 41,5 ans pour la génération 1955 et 1956. 

De leur côté les organisations patronales (Medef, CGPME, UPA), refusent toute hausse de cotisation et la sous-indexation des pensions par rapport à l'inflation. La journée du chef du gouvernement ne s'annonce pas des plus reposantes. Jean-Marc Ayrault va devoir trouver les bons arguments.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bzh56 - 04/07/2013 - 12:13 - Signaler un abus bourrage de crânes

    @salauddepatron
    selon vous "les conditions dans le public n'ont aujourd'hui plus rien à envier au privé".
    Seriez-vous en train d'avouer que ,dans le passé le public pouvait envier le privé ?Est-ce à dire que les retraités du public ont eu ,durant leur vie active,des conditions moins favorables que ceux du privé ?
    Et qu'il serait intolérable ,n'est-ce pas, que leur situation s'améliore ?
    Avez-vous chiffré les avantages du privé : sommes détournées vers les Comités d'Entreprise ,non soumises à l'IS ;sommes de la participation des salariés ( du privé ,bien sûr) , de l'intéressement (des salariés du privé ,encore ...), des indemnités de départ en retraite ( des salariés du privé seulement ,et pour cause ! ) dont personne ne fait état pour l'égalité et des 60% de salariés du ...privé dont les entreprises prennent en charge les 3 jours de carence , des différences de salaires entre salariés de l'Etat et du privé
    Je serai curieux de voir vos chiffres et je vous en remercie.

  • Par mich2pains - 04/07/2013 - 10:40 - Signaler un abus "Démocratie" avec bananes à volonté !

    Si l'on additionne les d' adhérents du MEDEF à ceux des SYNDICATS autorisés...., on obtient une représentativité des salariés proche de la représentativité d'EELV ou du Front de G000che , soit pas plus qu'un "Pet de mouche sur une toile cirée "....
    Et comme d'hab , ce gouvernement de l' UMPSPC va négocier des accords fondamentaux avec "pas grand chose " , au détriment de l'immense majorité des salariés du PRIVE !
    Ainsi , et à l'instar des Présidentielles où 18% d'électeurs lucides votant pour le FN doivent se contenter de seulement 2 représentants à l' A.N , nous salariés du privé , on sera priés de se laisser tondre un peu plus , par les collabos de ce gouvernement !
    Y-a pas à dire , notre " RIPOUX-blique " avec une banane dans la bouche , ça a de la gueule ....................

  • Par danbouss - 04/07/2013 - 10:17 - Signaler un abus Sacré Pépère !!!

    De pire en pire !!! A tergiverser comme le fait "Pépère", il se piège lui-même. (mais il s'en fout: il a la place que voulait les socialos...)
    Prendre des décisions c'est être responsable.
    Et là je vous tiens le pari qu'il va faire comme à sa grande habitude... Faire semblant et ne rien faire...
    L'histoire se souviendra de lui. C'est à dire au même rang que les plus mauvais régnants français !!!!!!!!!!!!!!

  • Par Salaudepatron - 04/07/2013 - 09:39 - Signaler un abus Et si on alignait les régimes spéciaux sur le privé ?

    Une bonne partie du déficit serait déjà comblée et l’effort résiduel serait nettement plus faible pour la grande majorité des salariés du privé, qui ont déjà largement donné, depuis des décennies !
    Mais là, je touche à un tabou... surtout avec un Flamby à la tête du pays et avec une CGT en embuscade... ( Quand on voit qu’il leur a déjà relaché la journée de carence... comparativement aux trois jours du privé... )
    Pourtant ce ne serait que justice, vu que les conditions dans le public n’ont aujourd’hui plus rien à envier au privé !
    Un pays à deux vitesses... selon que l’on vote... ou non, pour Flamby !

  • Par carredas - 04/07/2013 - 09:21 - Signaler un abus En avant...

    Avec une équipe comme Ayrault, Sapin, Touraine et Lebranchu, tout devrait rouler...

  • Par charlesingalls64 - 04/07/2013 - 09:08 - Signaler un abus Les syndicats ne représentent personne en France.

    Négociations de dindons pour des français de moins en moins dupes........
    Inutile d'aller voter pour donner le pouvoir à des communistes arriérés bloqués sur Zola.

Fermer