Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme de l'Europe : "Macron a déjà échoué" critique Yanis  Varoufakis

L'ex-ministre des finances grec partage le projet européen du président français mais dénonce les moyens par lesquels il souhaite y parvenir.

Défaitiste

Publié le
Réforme de l'Europe : "Macron a déjà échoué" critique Yanis  Varoufakis

L'ancien ministre des finances grec, Yanis  Varoufakis, a expliqué sa vision de l'Europe, dans une interview au Monde. Interrogé sur le projet d'Emmanuel Macron, il se montre fataliste sur la démarche du président français. "Emmanuel et moi sommes d’accord : le fédéralisme est la solution" explique-t-il. "Mais il a déjà échoué, car la stratégie qu’il met en œuvre pour y parvenir ne peut pas fonctionner. Il s’est engagé à « germaniser » le marché du travail français en le flexibilisant, et à faire un peu d’austérité en espérant que, en échange, l’Allemagne acceptera de construire un budget commun".

"C’est une grave erreur, car Angela Merkel n’en veut pas" juge Varoufakis. "Le FDP (parti libéral allemand) a promis à ses électeurs de dire non à toute forme de mutualisation en zone euro."

Comment pourrait-il faire plier l'Allemagne ? "Sa seule chance de l’emporter est d’adopter la politique de la chaise vide, comme l’a fait en son temps le général de Gaulle" assure Varoufakis. "A savoir, déserter tous les sommets européens jusqu’à ce que l’Allemagne s’engage dans le fédéralisme. Sans cela, la monnaie unique est condamnée."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Beredan - 13/10/2017 - 17:57 - Signaler un abus EN clair ....

    L.Allemagne , qui a déjà consenti à l.introduction de l’Euro - ce qui a interdit aux pays de l.UE des dévaluations répétitives qui venaient renforcer le Mark - devrait désormais prendre à son compte une juste part dé la Dette accumulée par ces derniers ( traduction du mot ‘ Fédéralisme ‘ ) ........ et ça urge : les mendiants orgueilleux piaffent à la Porte de Brandebourg !

  • Par clint - 13/10/2017 - 21:31 - Signaler un abus Bien vu Varoufakis : mais De Gaulle n'avait rien d'un européiste

    Le vrai problème est de savoir si l' Allemagne a besoin de l' Europe. Elle a besoin d'une Europe germanique, mais surtout pas d'une Europe où la France "décadente" voudrait jouer à l'égal ! Macron va nous conduire à perdre le peu qui nous reste, aussi bien en indépendance politique qu'en puissance économique : le démantèlement d' Alstom par le couple Macron / Hollande en est la triste caricature. Pour montrer qu'il est un vrai "fédéraliste" il ne va pas cesser d'appauvrir la puissance de la France. Je le vois très bien abandonner notre position de membre permanent de l' ONU pour la donner à cette utopie de l'Europe utile aux "empires" du XXIème siècle pour qui nous ne seront que des "collaborateurs" !

  • Par vangog - 15/10/2017 - 03:06 - Signaler un abus La mutualisation des dettes est l'open-bar pour les sudistes

    gauchistes comme Varoufakis, Macron, Puigdemont...pour Macron, c'est une promesse qu'il a faite à ses généreux donateurs d'endetter la France encore plus que Flamby...Pour Varoufakis et Puigdemont, la mutualisation des dettes constitue la promesse du pouvoir, grosse motivation pour ces deux arrivistes. les Allemands, grâce au FDP, ont raison de s'opposer à cette fuite en avant des dettes gauchistes. Grâce à cela, Macron est imité a une dizaine de milliards supplémentaires chaque mois...un garde-fou! (Papa Rothschild pas content...)

  • Par Deudeuche - 15/10/2017 - 19:29 - Signaler un abus bien vu camarade.

    pas con le gréco-gauchiste!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€