Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les radars embarqués privatisés illégaux ? Des associations demandent la suspension immédiate de la mesure

D'après le Canard Enchaîné, confier à des sociétés privées la conduite de voitures équipées de radars embarqués serait d'une légalité "hautement contestable".

Coup de gueule

Publié le
Les radars embarqués privatisés illégaux ? Des associations demandent la suspension immédiate de la mesure

 Crédit ALAIN JOCARD / AFP

Des flashs illégaux ? D'après des révélations du Canard Enchaîné, confier à des sociétés privées la conduite de voitures équipées de radars embarqués ne serait pas inscrite dans la loi française et donc d'une légalité "hautement contestable". L'hebdomadaire satirique s'appuie sur une note datée du 30 mars 2017 rédigée par le Secrétariat général de la direction des libertés publiques et des affaires juridiques, à l'attention du délégué à la sécurité et la circulation routières.

Une révélation qui a du mal à passer chez les associations de défenses des automobilistes. Dans un communiqué, "40 millions d'automobilistes" et la "Fédération française des motards en colère" ont demandé la suspension immédiate de la mesure qui est déjà entrée en vigueur en Normandie et demandent à Emmanuel Macron d'arbitrer le système.

"Cela signifie que des usagers de la route se font flasher par ces voitures-radars depuis déjà plusieurs semaines, peut-être en toute illégalité ! Et que la Sécurité routière entend poursuivre le processus de généralisation de la privatisation à tout le territoire français en ignorant purement et simplement les remarques du ministère de l'Intérieur, dont elle dépend !" a condamné Daniel Quéro, président de 40 millions d'automobilistes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 16/05/2018 - 16:31 - Signaler un abus Le juge Macron ?

    Si c'est légalement contestable, il faut saisir la justice, pas demander au président d'arbitrer.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€