Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Manuel Valls doit corriger son texte sur la déchéance de nationalité après plusieurs approximations

Dans un texte publié sur Facebook, le Premier ministre a cité des exemples peu pertinents pour défendre une mesure qui fait grincer des dents dans son propre parti.

Mauvais exemple(s)

Publié le
Quand Manuel Valls doit corriger son texte sur la déchéance de nationalité après plusieurs approximations

Une copie à revoir. Manuel Valls a été forcé de modifier le texte qu'il avait publié lundi sur Facebook, relatif à l'élargissement de la déchéance de nationalité aux binationaux.

Le Premier ministre évoquait plusieurs pays qui appliquent déjà cette mesure et soulignait même qu'en Allemagne, la question ne se pose pas puisque la binationalité "n'y est pas autorisée".

Problème : cette dernière existe bien outre-Rhin, depuis plus d'un an. Une loi a en effet été votée en juillet 2014 pour permettre à tous les Allemands d'origine étrangère d'obtenir la double nationalité.

Par ailleurs, le quotidien belge La Libre Belgique a également fait part d'une autre approximation du locataire de Matignon, qui affirmait que le débat existait chez nos voisins du nord. "Sur ce coup-là, le Premier ministre français est mal informé", note le journaliste Vincent Rocour. "En effet, le débat n'existe plus: il est tranché depuis belle lurette. La majorité fédérale a adopté en juillet une loi autorisant un juge à prononcer la déchéance de nationalité pour les auteurs de crimes terroristes."

"Mais Manuel Valls serait bien mal inspiré de prendre le cas belge en exemple", poursuit le journaliste. "La loi adoptée par son voisin du nord est bien différente de celle qu'il s'apprête à soumettre au parlement français. Le gouvernement belge a en effet renoncé à autoriser la déchéance de nationalité à des personnes qui sont nées belges. Ce que la France ne semble toujours pas envisager.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 29/12/2015 - 21:45 - Signaler un abus Quelle cacophonie!

    Apres la mascarade de la COP-COM et son inutilité prévisible, l'état gauchiste et son pitoyable espagnol d'opérette se précipitent dans un bourbier sans nom... Il aurait été plus judicieux de réformer à la marge la loi existante d'indignité nationale, et d'exiger des juges roses et rouges qu'ils l'appliquent...trop simple pour un gauchiste! Ces nobliaux, habitués au tapage des cours, préfèrent le brouhaha médiatique au sobre silence de la simplicité ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€