Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un projet de loi souhaite interdire les noms de viandes à des produits végétaux

Un amendement a été voté ce jeudi 19 avril afin de mettre fin à une pratique commerciale trompeuse. Les noms de viandes associés à des produits végétaux seront désormais interdits.

Révolution pour les produits vegan et bio

Publié le
Un projet de loi souhaite interdire les noms de viandes à des produits végétaux

 Crédit John MACDOUGALL / AFP

Une petite révolution s'apprête à transformer les aliments aux rayons bio et vegan. Les produits alimentaires contenant une part significative de matières d'origine végétale ne pourront plus être présentés comme de la viande selon la décision des députés prises en ce jeudi 19 avril. 
 
Un amendement du rapporteur Jean-Baptiste Moreau (LREM) a été adopté afin "d'interdire certaines pratiques commerciales trompeuses pour le consommateur." Jean-Baptiste Moreau est éleveur bovin de profession et est également président de coopérative agricole. Cette décision intervient dans le cadre de l'examen en commission des Affaires économiques du projet de loi agriculture et alimentation.  
 
Cet amendement vise essentiellement les produits "qui associent des termes comme 'steak', 'filet', 'bacon', 'saucisse', à des produits qui ne sont pas uniquement, ou pas du tout, composés de viande.
"
 
Un manquement à cette interdiction sera passible de sanctions. L'amende pourrait aller jusqu'à 300 000 euros en cas de non-respect de la décision d'un juge ordonnant la cessation de la pratique commerciale trompeuse. 
 
Les supermarchés, les acteurs de la grande distribution et les marques dans la filière végétale et biologique devront donc trouver de nouvelles appellations et changer de pratiques à l'avenir. Les noms steaks de soja, saucisses végétales ou vegan, galettes goût bacon ou bien encore lait de soja pourraient donc bel et bien disparaître des rayons des superettes à l'avenir.  
 
Jean-Baptiste Moreau a d'ailleurs précisé ses intentions dans un tweet pour se féliciter de l'adoption de cet amendement : 
 
"Il est important de lutter contre les fausses allégations : les termes de fromage ou de steak seront réservés aux produits d'origine animale !"
 
Les députés ont voté en faveur de cet amendement à l'Assemblée ce jeudi dans le cadre de l'examen en commission des Affaires économiques du projet de loi agriculture et alimentation.  
 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MIMINE 95 - 21/04/2018 - 10:24 - Signaler un abus A QUAND

    la mention "abattage Hallal" ou " abattage sous étourdissement" sur la viande, toute la viande sans exception. A quand l'interdiction des mots lardons, jambon, alors qu'il ne s'agit absolument pas de porc, sur les cartes de pizza "hallal" uniquement et très discrètement signalé, et la mention n'est même pas obligatoire, par le mot arabe, حلالا (que seuls les arabophones peuvent déchiffrer), parce qu'il ne faudrait pas que les alalas avalent d'impuretés" non conforme à la charia... Il est vrai que là, ça ne dérange pas le lobby des éleveurs. Money is money , lobby is good ... Barbarity is money , barbarity is good ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€