Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le projet de loi de moralisation de la vie politique adopté par l'Assemblée

Le projet de loi ordinaire visant à restaurer "la confiance dans la vie politique" a été adopté dans la nuit de vendredi à samedi par 319 voix contre 4.

Engagement

Publié le
Le projet de loi de moralisation de la vie politique adopté par l'Assemblée

Au terme d'une semaine marquée par près de 50 heures de débat et l'examen de plus de 800 amendements, les députés ont largement adopté dans la nuit de vendredi à samedi le projet de loi de moralisation de la vie politique, l'une des principales promesses d'Emmanuel Macron lorsqu'il était candidat.

Le projet de loi ordinaire a été adopté par 319 voix contre 4, puis le projet organique, par 203 voix contre 37. 

Le texte a été peu modifié par rapport adoptée précédemment par le Sénat. Les deux chambres devront, mardi, s'entendre sur une version commune ; si ce n'est pas possible, le texte reviendra à l'Assemblée à l'automne.

Le projet de loi prévoit notamment l'interdiction des emplois familiaux, l'inéligibilité en cas de crimes ou d’infractions traduisant un manquement à la probité, des mesures contre les conflits d’intérêts, le remplacement de l’indemnité représentative de frais de mandat par un nouveau système de prise en charge des frais, mais aussi la suppression de la réserve parlementaire.

La République en marche et le MoDem ont massivement voté pour ce texte, initialement préparé par l'éphémère ministre de la Justice, François Bayrou. Les Républicains "Constructifs" ont voté pour, malgré un "sentiment d'inachevé". Les députés Républicains présents ont aussi majoritairement voté pour (36 pour, 11 abstentions, 4 contre). Les députés de la France insoumise, les communistes et les frontistes se sont abstenus.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 29/07/2017 - 16:27 - Signaler un abus Une première loi pour rien. Ça commence bien !

    Enfants et conjoints pourront quand même être assistants parlementaires, puisqu'il leur suffira de se faire embaucher par un copain du député en échange du même service. Et le reste est du même tonneau. Pour s'imaginer que ça redonnera confiance dans les élus, il faut soit être con, soit prendre les électeurs pour des cons, soit les deux.

  • Par Poussard Gérard - 29/07/2017 - 17:19 - Signaler un abus Tricherie organisée validée car

    Les emplois familiaux seront croisés et honte a Ferrand qui fait supprimer par son amendement, l'obligation du casier judiciaire vierge. .. Nous ne pouvons pas faire confiance aux godillots du nazillon....

  • Par mymi - 30/07/2017 - 19:20 - Signaler un abus Ferrand

    Travaille pour sa chapelle. vu ses ennuis judiciaires il est évident qu'il ne voulait pas de cet amendement exigeant le casier judiciaire vierge . donc le casier judiciaire vierge est constitutionnel pour les 200 corps de métier pour lesquels il est exigé, mais devient anticonstitutionnel pour les députés !!!! expliquez-moi l'enrouleur.

  • Par mymi - 30/07/2017 - 19:20 - Signaler un abus Correction

    Expliquez-moi l'entourloupe ...

  • Par zen-gzr-28 - 31/07/2017 - 09:49 - Signaler un abus Moralisation / casier judiciaire vierge

    On nous prend pour des demeurés, Ferrand en tout premier lieu dans ce cas précis suivi par une majorité, certainement fière du devoir accompli dans la dignité et selon la volonté respectueuse des citoyens. Les privilèges ou protection de la carrière de la majorité en question ne sont pas à retenir, bien sûr !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€