Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 22 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Prisons : les syndicats de surveillants quittent les négociations avec la ministre de la Justice

"Au bout d'une heure de présentation et de courts échanges, on repart déçus et frustrés", a indiqué le secrétaire général du syndicat Ufap-Unsa, Jean-François Forget.

Déception

Publié le
Prisons : les syndicats de surveillants quittent les négociations avec la ministre de la Justice

Depuis le 15 janvier, les gardiens de prison continuent à manifester partout en France pour dénoncer leurs conditions de travail. Ce mardi 23 janvier, Nicole Belloubet s'est entretenue avec les syndicats de surveillants. Rapidement, ces derniers ont quitté la table des négociations, se disant mécontents et appelant à la poursuite des manifestations.

Les syndicats se disent déçus et frustrés  

Lors de ce rendez-vous, Nicole Belloubet a "formulé un certain nombre de propositions assez significatives", pour un montant de trente millions d'euros, selon le porte-parole du ministère de la Justice, Youssef Badr. Parmi ces propositions : "une prime liée au personnel qui travaille dans les établissements sensibles". Elle a été qualifiée de "prime à l'agression" par FO et la CGT. En outre, une "prime d'attractivité, une prime de fidélisation", notamment pour ceux qui viennent de terminer leur formation et une autre prime pour ceux travaillant le dimanche et les jours fériés ont été évoquées, selon le porte-parole du ministère.

>>> À lire aussi : La crise dans les prisons, sismographe de l’état de ruine de la justice française

"Au bout d'une heure de présentation et de courts échanges, on repart déçus et frustrés parce que sur toute notre plateforme, on n'a pas eu le dixième des réponses que l'on attendait", a déclaré devant le ministère le secrétaire général du syndicat Ufap-Unsa (majoritaire) Jean-François Forget. "Le gouvernement n'a pas pris conscience de l'ampleur" du mouvement dans les prisons, a ajouté Emmanuel Chambaud, secrétaire général adjoint de ce syndicat.  "Sur la sécurité, aucune de nos revendications n'a été retenue. Rien n'a été dit sur le statut", a dénoncé le secrétaire général de FO Emmanuel Baudin. En outre, selon LCI, les syndicats demandent qu'Edouard Philippe reprenne ce dossier. "Je suis décidée à gérer ce dossier, je le connais bien et je pense qu'un médiateur n'est pas indispensable à ce stade", a rétorqué la ministre, ajoutant que "la porte est toujours ouverte" si les syndicats souhaitent discuter.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 23/01/2018 - 23:38 - Signaler un abus « Prime à l’agression »....quelle abrutie, cette Belloubet!

    Plutôt que prévenir les agressions de surveillants, ce qui était possible avant socialaud-macronisme, car il y en avait peu, la Belloubet préfére distribuer le RSA des Français aux surveillants de prisons... Outre le fait que toute solution socialiste passe par l’argent et non par l’intelligence, il n’est pas certain que cette carotte soit la bonne option pour faire « marcher » les surveillants...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€