Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

De la prison ferme pour avoir torturé et tué un chien

Le tribunal correctionnel de Béthune dans le Pas-de-Calais a condamné lundi deux hommes accusés d'avoir torturé et tué un chien au couteau.

Peine trop clémente ?

Publié le
De la prison ferme pour avoir torturé et tué un chien

 Crédit Andrew Burton / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le summum de la cruauté. Deux hommes ont été condamnés ce lundi respectivement à un an et neuf mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Béthune pour l'odieux massacre d'un chien dont les propriétaires voulaient se séparer rapporte La Voix du Nord.

Début mai, un chien de race "cane corso" avait été retrouvé mort éviscéré et transpercé par un pieu avec de nombreuses plaies près d'un terril.

Les deux responsables de l'immonde massacre dont deux hommes âgés de 38 et 47 ans, tous deux pères de quatre enfants. Ils étaient poursuivis pour "plaies multiples avec instrument tranchant ayant entraîné la mort d'un chien".

En plus des peines de prison les deux individus ont dorénavant interdiction définitive d'être propriétaire d'un animal.

Le propriétaire du chien et sa compagne étaient quant à eux poursuivis pour complicités de sévices et aide à la réalisation des faits. L'homme a été relaxé et la compagne a écopé de quatre mois de prison avec sursis avec mise à l'épreuve de 24 mois. Ils souhaitaient se séparer de l'animal à cause de leur incapacité à l'assumer et l'élever (l'autopsie révèlera que l'animal ne pesait que 37kg alors que son poids normal devait être de 65kg). Ils ont alors demandé à leurs amis de s'en débarrasser pour eux, prétextant que la femme du couple "en avait peur".

Les associations de protection des animaux étaient au nombre de sept à s'être portées partie civiles. Elles dénoncent des peines trop clémentes et déplorent la relaxe du propriétaire qui avait déjà été accusé de maltraitance envers son chien.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 12/07/2018 - 16:27 - Signaler un abus pères de 4 enfants.. les salopards...

    la femme aussi une ordure !! qu'ils crèvent en prison

  • Par MIMINE 95 - 12/07/2018 - 16:45 - Signaler un abus BRAVO

    Mais le seul moyen d'éviter ces horreurs est de cesser de vendre un animal comme on vend un paquet de lessive.

  • Par Cervières - 12/07/2018 - 17:24 - Signaler un abus Pendant ce temps

    les tortures affligées pendant de longs mois et au delà de toute humanité à des rats, laissant pousser des tumeurs à des tailles déraisonnables, le Professeur SERALINI n'a toujours pas été inquiété et les associations de défense des animaux restent muettes et complices.

  • Par vangog - 12/07/2018 - 18:03 - Signaler un abus très bien!

    ils ont évité la charia = éviscération vifs...tant mieux pour eux!

  • Par aristide41 - 13/07/2018 - 04:13 - Signaler un abus Quels salopards

    Peine trop clémentes en effet.

  • Par Henrik Jah - 13/07/2018 - 13:54 - Signaler un abus Salauds

    Faut vraiment être une merde pour traiter ainsi un animal aussi sympathique et fidèle qu'est le chien. Ça me rappelle les bien-pensants qui critiquait Houellebecq quand il disait qu'il comprenait qu'on puisse préférer sauver un chien qu'un homme, bon sang ce que je comprends aussi.

  • Par Yves3531 - 13/07/2018 - 18:37 - Signaler un abus “un chien de race "cane corso"”...

    attention à l’utilisation de mots inconstitutionnels ... !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€