Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le président du Conseil européen prévient les migrants économiques : "Ne venez pas en Europe"

"Je veux lancer un appel à tous les migrants économiques illégaux potentiels, d'où que vous soyez. Ne venez pas en Europe. Ne croyez pas les passeurs. Ne risquez pas vos vies et votre argent. Tout cela ne servira à rien", a déclaré Donald Tusk.

Mise en garde

Publié le
Le président du Conseil européen prévient les migrants économiques : "Ne venez pas en Europe"

Donald Tusk a également critiqué les "décisions unilatérales" de certains pays.

 A l'issue d'un entretien avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, le président du Conseil européen a adressé ce jeudi un message préventif pour le moins clair et concis aux migrants économiques qui voudraient rejoindre le vieux continent : "Ne venez pas en Europe".

"Je veux lancer un appel à tous les migrants économiques illégaux potentiels, d'où que vous soyez. Ne venez pas en Europe. Ne croyez pas les passeurs. Ne risquez pas vos vies et votre argent.

Tout cela ne servira à rien", a déclaré le président du Conseil européen depuis Athènes, critiquant les "décisions unilatérales" de certains pays.

Certains des 28 états membres de l'UE ont en effet récemment décidé de revoir à la baisse le nombre de migrants autorisés à pénétrer quotidiennement sur leur territoire. "Même si elles sont compréhensibles dans un contexte national", ces restrictions "portent atteinte à l'esprit européen de solidarité", a poursuivi Donald Tusk

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gré - 03/03/2016 - 15:42 - Signaler un abus De toute façon, lorsqu'ils

    De toute façon, lorsqu'ils arrivent, personne n'ose user de la force pour les empêcher de passer et, lorsqu'ils sont rentrés, les associations droits-de-l'hommistes les prennent en charge et leur apprennent leurs droits que l'UE ne veut pas réduire et qui consacrent leur présence. Alors, vous pensez bien que les candidats à l'immigration économique ne vont pas se priver..

  • Par tubixray - 03/03/2016 - 16:18 - Signaler un abus Son discours commençait si bien !

    Ne venez pas en Europe: voilà au moins une position claire de M. Tusk........Tout se gatte peu après : "(ces restrictions) portent atteinte à l'esprit européen de solidarité" .... NON M. Tusk la solidarité, l'Europe doit la promouvoir entre les citoyens européens et eux seuls...... Elle doit aussi protéger ses citoyens contre ceux qui nous envahissent dans la plus totale illégalité et présentent à court (pour quelques uns) ou long (pour la plupart) terme un danger.

  • Par langue de pivert - 03/03/2016 - 16:50 - Signaler un abus Et la oumma ? C'est pour les cochons ?

    §§§ Certains des 28 états membres de l'UE ont en effet récemment décidé de revoir à la baisse le nombre de migrants autorisés à pénétrer quotidiennement sur leur territoire. "Même si elles sont compréhensibles dans un contexte national", ces restrictions "portent atteinte à l'esprit européen de solidarité", a poursuivi Donald Tusk §§§ La solidarité européenne est avant tout la solidarité entre pays européens ! Charité bien ordonné commence par soi même ! C'est l'Europe qui a lancé ces hordes belliqueuses hors des terres musulmanes ? Pourquoi serions nous solidaire avec les envahisseurs qui nous haïssent ? (pour les 3/4) Musulmans ne venez pas en Europe ! On est complet ! ☺

  • Par langue de pivert - 03/03/2016 - 16:52 - Signaler un abus ordonné(e)

    ordonné(e)

  • Par Benvoyons - 03/03/2016 - 18:23 - Signaler un abus Il a oublié et religieux

    ::)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€