Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 06 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les premiers pas d'Alain Finkielkraut à l'Académie française

"Un nom à coucher dehors, reçu sous la coupole, au son du tambour, c'est à n'y pas croire" a plaisanté le néo académicien.

Sous la coupole

Publié le
Les premiers pas d'Alain Finkielkraut à l'Académie française

"Un nom à coucher dehors, reçu sous la coupole, au son du tambour, c'est à n'y pas croire". Alain Finkielkraut a fait dans l’humour au moment d’être officiellement intronisé à l'Académie française ce jeudi après-midi.

En préambule de son discours d'intronisation prononcé en présence des académiciens réunis au grand complet et du Premier ministre Manuel Valls,  l’homme de lettres a tenu à hommage à sa famille et notamment à son père, rescapé d'Auschwitz.

 "À ces jours, c'est aux miens que je pense. À mes grands-parents que je n'ai pas connus.  À mes parents bien sûr, qui ne sont pas là pour connaître ce bonheur: l'entrée de leur fils à l'Académie française alors que le mérite leur en revient".

Comme l’exige la tradition, Alain Finkielkraut a également fait l'éloge de son prédécesseur, Félicien Marceau.  "Un défenseur exalté de l'identité nationale, oublieux de ses origines vagabondes et astreint à faire l'éloge d'un collabo : il n'y a pas de hasard, pensent nos vigilants, et ils se frottent les mains, ils se lèchent les babines, ils se régalent à l'avance de cet édifiant spectacle. Les moins mal intentionnés eux-mêmes m'attendent au tournant et j'aggraverais mon cas si je décevais maintenant leur attente."

Le philosophe de 66 ans très populaire, mais également très controversé, est parfois présenté comme "polémiste", après des propos sur l'immigration ou la décadence, est revenu sur son amour de la France. "J’ai découvert que j’aimais la France le jour où j’ai pris conscience qu’elle aussi était mortelle, et que son “après” n’avait rien d’attrayant". 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par arcole 34 - 30/01/2016 - 11:18 - Signaler un abus C'EST UNE BONNE CHOSE POUR CETTE VIEILLE INSTITUTION

    Au delà de ce que l'on peut penser d'Alain Finkielkraut , que l 'on aime ou pas , il donne à l'Académie une impulsion sur le terrain des idées et de la philosophie , redonnant pour ainsi ses lettres de noblesse aux idées philosophiques et rappelle aussi que ce ne sont pas simplement que des impératifs économiques qui guident les citoyens mais aussi des idéaux , concepts , idéologies etc. Et en cette matière AF est un véritable guide sur des terrains minés mais avec l'art de rendre lisible ces derniers , et ne mâchant pas ses mots , une chose est sûre il détonne dans le paysage feutré des lettrés .

  • Par clint - 30/01/2016 - 13:37 - Signaler un abus OK un excellent choix !

    Et de plus un émigré qui aime et honore la culture française.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€