Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Préfecture de police : un phénomène de radicalisation qui inquiète

Selon une note confidentielle de la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne, le fondamentalisme religieux se développerait au sein de la police.

Méfiance

Publié le
Préfecture de police : un phénomène de radicalisation qui inquiète

S'ils demeurent très marginaux, ces comportements posent des problèmes de sécurité puisque les agents disposent d'armes de service et ont accès aux fichiers de police. Crédit Reuters

Le phénomène de radicalisation menacerait la préfecture de police de Paris et ses 27 000 agents. Selon une note confidentielle de la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne, le fondamentalisme religieux se développerait au sein de la police. Entre 2012 et 2015, 17 cas de "comportements de transgression de la laïcité" ont été enregistrés. S'ils demeurent très marginaux, ces comportements posent des problèmes de sécurité puisque les agents disposent d'armes de service et ont accès aux fichiers de police. 

Les femmes représentent un tiers des radicalisations.

Sur les 17 cas, quatre concernent des cas de conversion. Les échelons supérieurs de la hiérarchie – commissaires et officiers – sont épargnés. La radicalisation désigne un éventail assez large de comportements : exigence d'avoir la possibilité de faire les cinq prières quotidiennes, écoute de versets du Coran pendant les heures de service, refus de porter l'uniforme de police qualifié de "torchon de la République" par une policière du 12e arrondissement de la capitale, propos complotistes et antisémites tenus sur les réseaux sociaux…

Selon les cas, les sanctions sont différentes, du simple rappel à l'ordre au renvoi pur et simple. Le directeur du cabinet du préfet de police refuse de dramatiser la situation : "Ce phénomène existe, mais il est extrêmement marginal. Comme tous les corps sociaux, dans le secteur privé comme dans le secteur public, la préfecture de police de Paris peut y être occasionnellement confrontée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par clint - 09/03/2016 - 19:29 - Signaler un abus Je l'évoquais pour l'ex militaire arrêté au Maroc !

    Pourquoi la France serait elle à l'abri de tout ce qui se passe depuis longtemps dans les pays musulmans ou à forte proportion de musulmans ? Peut-être vaudrait il pas mieux pour certains corps de l' état de ne pas faire ami-ami !

  • Par Alain Proviste - 09/03/2016 - 19:48 - Signaler un abus Ils sont partout

    Ça fait de plus en plus penser au film L'Invasion des Profanateurs de Sépultures ou à la série Les Envahisseurs.

  • Par vangog - 09/03/2016 - 19:50 - Signaler un abus Grâce à la loi El Khommerie...

    la gauche archaïque va installer des salles de prières dans les commissariats et les islamistes auront intérêt à attaquer les Francais, pendant le ramadan ou au moment de la prière...ah ben non...je suis con! Ils seront en train de prier, les islamistes, eux aussi! Et pendant ce temps: Allah au bar...hips!

  • Par kaprate - 09/03/2016 - 19:51 - Signaler un abus Bien sûr...

    Vivant dans le 93, il y a déjà longtemps que nous avions remarqué ce phénomène de policiers présentant tous les signes d'embrigadement religieux. D'ailleurs, un des terroristes du 13 novembre avait présenté le concours de police. Ces personnalités y cherchent au mieux le cadre strict, autoritaire dont ils ont besoin et qu'ils trouvent aussi dans le salafisme, au pire ils y cherchent des places stratégiques pour servir leur cause. C'est aussi le cas dans l'armée. Et ce phénomène aujourd'hui minoritaire ne fera que s'amplifier, sauf si l'on prend dès maintenant des mesures drastiques de détection, de surveillance et d'expulsion de ce type de profil, d'ailleurs pas toujours si facile à débusquer...

  • Par Clodo31 - 10/03/2016 - 06:41 - Signaler un abus Erreur sur le titre

    Il ne s'agit pas de fondamentalisme religieux, mais de fondamentalisme musulman.....

  • Par Gré - 10/03/2016 - 13:03 - Signaler un abus @ Clodo31

    Vous savez, à partir du moment où Hollande a refusé de dire, à propos du massacre des Coptes par des islamistes il y a quelques mois, que c'était en tant que Chrétiens et non en tant qu'Egyptiens qu'ils avaient été exécutés, il ne faut s'étonner de rien. D'ailleurs il est interdit de stigmatiser, c'est bien connu. N'empêche qu'en refusant de stigmatiser les musulmans, on stigmatise tous les adeptes de toutes les religions. Mais ça, c'est la caractéristique du fondamentalisme laïc

  • Par Jean-Benoist - 10/03/2016 - 13:57 - Signaler un abus le directeur du cabinet

    du préfet refuse de dramatiser?? Mais cette affaire est très grave et il faut réagir car ce phénomène dure depuis trop longtemps et les politiques laxistes ferment les yeux

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€