Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour Luc Chatel, baisser le plafond du quotient familial est une "triple faute"

Le vice-président délégué de l’UMP a expliqué que la décision du gouvernement était une faute, démographique, de raisonnement économique et politique.

Loupé

Publié le

Luc Chatel donne son avis sur la baisse du plafond du quotient familial. Il assure ainsi qu’il s’agit d’une "triple faute" précisant sur Europe 1 que c'est "d'abord c'est une faute démographique, parce que la natalité est une force de notre pays. Ensuite c'est une faute de raisonnement économique. Parce que les prestations familiales ce n'est pas une solidarité verticale des plus riches vers les plus pauvre, c'est une solidarité horizontale: en gros ce sont les familles sans enfants qui financent les familles d'un même niveau de vie avec enfants".

Le vice-président délégué de l’UMP terminer enfin par dire que "la troisième faute est politique: François Hollande avait dit le 16 mai dernier qu'il veillerait à ne pas augmenter les impôts des ménages en 2014. Il a tenu 18 jours".

Le député de Haute-Marne, propose par ailleurs de fiscaliser les allocations familiales qu’il considère comme un "moyen de faire des économies tout en maintenant leur universalité".

Pour rappel, le plafond du quotient familial ainsi que l’augmentation des impôts de 12% des ménages avec enfants ont été décidé mardi par le gouvernement qui estime que cela devrait entraîner un milliard d’euros d’économies dès 2014.

Quant aux retraites, Luc Chatel a indiqué qu’"il faut relever le nombre d’années nécessaires pour prendre sa retraite et donc revoir l’organisation de notre système de retraite et aller vers une convergence des différents régimes. Il faudra évidemment aligner le public et le privé" précisant que cela "ne se fera pas du jour au lendemain". Il assure également "on a gagné quinze ans d’espérance de vie en quarante ans. Il n’y a pas de secret, pour financer ces quinze années de vie en plus, il faut du travail en plus. Il faut donc assumer le fait qu’il faut allonger la durée du travail".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par iznogoud - 09/06/2013 - 15:01 - Signaler un abus solidarité horizontale ???

    "en gros ce sont les familles sans enfants qui financent les familles d'un même niveau de vie avec enfants" ??? HEIN ??? Et pourquoi donc devrais-je payer pour les enfants des autres...... et pour payer les frais de fonctionnement d'un système "de répartition" que je réprouve ??? NON je ne suis pas riche (loin de là !), mais OUI à la suppression de TOUTES les allocations, car NON je ne trouve pas normal qu'on prenne de force de l'argent aux uns pour en donner à d'autres.... surtout si c'est pour qu'ils fassent des enfants par calcul financier !

  • Par cloberval - 09/06/2013 - 15:55 - Signaler un abus Pourquoi payer pour les autres finalement ?

    Mon argent gagné est mon argent à moi. D'un autre côté en réfléchissant à peine on se dit que son argent ne sert à rien si on n'a pas une route pour aller en vilégiature avec et ça y est on se retrouve à payer des impôts. quatre secondes plus tard on se dit que chaque génération cotisant pour verser une retraite aux précédentes il vaudrait peut être mieux qu'il y ait des enfants après nous pour nous verser la notre et on cotise nous-mêmes de meilleur cœur . On se fait toujours avoir dès qu'on réfléchit. C'est même arrivé a même un électeur de Hollande sur 2 ou presque qui a mis des mois à réfléchir sur ce qu'il avait fait.

  • Par Eddy K - 09/06/2013 - 17:31 - Signaler un abus Chatel est-il amnésique ?

    C'était aussi une faute d'introduire le gender à l'EN (dans les filières L et ES uniquement) et pourtant il l'a fait. S'il est amnésique, qu'il se soigne. Mais certains électeurs ont de la mémoire. Pour Iznogoud: c'est le travail de mes enfants qui va payer votre retraite. Et le peu d'argent perçu (les allocs sont toutes sous conditions de ressources sauf une, la seule que j'ai reçue) ne compense en rien les frais de leur éducation sur 20 ans (plus les études jusqu'à 24 ans).

  • Par Ravidelacreche - 09/06/2013 - 17:36 - Signaler un abus un milliard d’euros d’économies

    Mais puisque c'est notre argent que l'on redistribue cela fait en réalité un milliard d'impôt en plus ?!

  • Par amusée - 09/06/2013 - 19:23 - Signaler un abus @ cloberval

    Vous écrivez : "il vaudrait peut être mieux qu'il y ait des enfants après nous pour nous verser la notre et on cotise nous-mêmes de meilleur cœur ." Le problème n'est pas tant qu'il y ait des enfants mais que ces enfants aient des emplois et des salaires corrects sur lesquels cotiser pour nous. Or ce n'est pas ce qui se prépare et nos retraites seront encore diminuées de prélèvements pour assister nos enfants sans emplois ni revenus. Pire, nous aurons nos propres parents dépendants à charge. Donc un enfant unique ou deux, faudra déjà les récupérer chez soi pendant les 20 années sur 44 à cotiser où on nous les re-larguera sans employabilité et dans la dèche (ben avec les petits enfants aussi ! mdr). Mais bon les grandes maisons familiales réunissant 3 générations ... Donc voilà pour moi ce fut décidé : un seul enfant. Trouver un emploi après bac + 6 = 2ans ; 1er emploi = 2 ans ; chômage = 2ans ; 2ème emploi = bientôt 3 ans mais devenu strictement alimentaire et en recherce de se barrer loin d'un patron pingre psychopathe et incompétent. Aucune augmentation en 3 ans mais bon certains salariés ont le même salaire depuis .... 10 ans. Donc employabilité 50 %.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€