Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour empêcher les banques de faire des choses immorales, détruisons-les ou pendons un salarié dans la rue

C’est le conseil donné par l’économiste Nouriel Roubini lors d’une interview accordée à la chaîne Bloomberg.

A pendre ou à détruire

Publié le - Mis à jour le 10 Juillet 2012

Nouriel Roubini a des conseils plutôt musclés. Le docteur en économie, qualifié par le magazine américain Fortune comme "un sage", a en effet expliqué dans une interview donnée à la chaîne de télévision spécialisée en économie Bloomberg qu’il faudrait mettre en prison certaines personnes, voire les pendre pour éviter de nouvelles crises financières, de nouveaux scandales liés aux banques.

L’économiste était pourtant au départ interrogé sur la banque Barclays et le scandale du Libor. L’établissement financier est en effet soupçonné d’avoir manipulé, avec d’autres banques, les taux Libor, sur la base desquels 350 000 milliards de dollars de produits financiers sont adossés.

Mais au lieu de répondre à la question, le professeur d’économie au Stern School of Business de l’Université de New York a expliqué que beaucoup des problèmes structurels qui avaient causé la crise financière n’avaient même pas encore été soulevés.

Roubini explique ainsi : "Les banques ont toujours pour habitude de tricher et faire des choses illégales, immorales. Le seul moyen d’éviter cela est de détruire ces supermarchés financiers. Quand on retrouve au sein de la même entreprise les activités de banque commerciale, de banque d’investissements, de gestion d’actifs, de courtage, d’assurance, de souscription de produits dérivés… il n’y a pas de muraille de Chine, mais des conflits d’intérêts massifs".

L’économiste ajoute que "les banquiers sont avides, qu’ils l’ont été depuis déjà plusieurs centaines d’années". Selon lui, ce n’est donc pas directement vers eux qu’il faut se tourner, mais plutôt vers le système, notamment en tentant de "séparer les activités afin de minimiser les conflits d’intérêts". Mais Roubini estime toutefois que les banquiers doivent être punis, et qu’actuellement, ils ne le sont pas assez. Et c’est là que ses propos se musclent.

Roubini déclare en effet : "Personne n’a été envoyé en prison depuis la crise financière. Les banques, elles font des choses illégales, et au pire, on leur tape sur les mains en leur donnant une amende. Si certaines personnes finissent en prison, peut-être que ça leur donnera une leçon. Ou il faudrait que quelqu’un soit pendu dans la rue".

Malaise de la journaliste Caroline Connan qui ne s’attendait pas vraiment à cette réponse. Et d’enchaîner sur des sujets moins extrêmes !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 09/07/2012 - 14:54 - Signaler un abus pendu dans la rue.

    Des plumes et du goudron devraient suffire, comme dans les bons westerns !

  • Par Grwfsywash - 09/07/2012 - 16:00 - Signaler un abus Bataille de Minorque 1756

    Cette méthode de gestion des personnels pourrait se révéler "anxiogène". Donc a éviter chez les bisounours! Il reste la solution de la mutation à France Telecom...

  • Par sbgf43 - 10/07/2012 - 11:45 - Signaler un abus LE BUCHER C'EST MIEUX

    La pendaison c'est bien, mais en France au moyen age l'on utilisait le bûcher sur la place publique et tous les habitants devaient assister et a mon sens c'est un meilleur exemple .

  • Par ElmoDiScipio - 10/07/2012 - 13:00 - Signaler un abus Nouriel Roubignole comme les Paul Jorion

    n'ont rien de Cassandre de Prophète ou d'expert. Le second a prédit la Crise deux ans après son émergence. Nouriel est comme tous les grands pontes de Goldman sachs un grand publicitaire des petits produits de sa banque. Son jeu médiatique, sous couvert d'une morgue de faux rebelle, était de privilégier les Private Equity et autres placements Emerging alors que dès 2005 l'activité de Titrisation des crédits US devenait moins rentable pour les banques d'affaires. Qui n'a jamais entendu parler depuis 30 ans de l'insoutenable dérive des dettes privées de l'économie Américaine ? Qui peut croire que la dernière crise n'était pas le dernier et violent choc des crises passées et IDENTIQUES de 1991 2001. Roubini sait comme tous les banquiers US qu'il faut une mort de l'Euro car depuis son avènement il est plus difficile aux banques US de manipuler leur dollar à la baisse pour rembourser en monnaie de singe leurs dettes passées. La preuve est que cette fois il leur a fallu mettre directement des banques en faillite pour supprimer l'ardoise (AIG, Lehman,...) . Imaginez la fin de l'Euro où chaque pays devra s'occuper de sa propre monnaie sans aucune force commune contre le dollar.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€