Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour Emmanuel Macron, l'Etat doit "reprendre à sa charge" le régime de l'Assurance chômage

Gérée historiquement par les partenaires sociaux, l'Unedic traverse une crise majeure depuis plusieurs années.

Osé

Publié le
Pour Emmanuel Macron, l'Etat doit "reprendre à sa charge" le régime de l'Assurance chômage

On attendait des propositions choc de la part d'Emmanuel Macron, celle-ci y ressemble beaucoup. Mardi soir, à Montpellier, l'ancien ministre de l'Économie réunissait ses partisans pour un grand meeting, lors duquel il a lancé un véritable pavé dans la mare.  "On devrait tous pouvoir bénéficier d’une protection sociale qui nous permet de faire face aux grands risques de la vie, à commencer par celui du chômage. Ce que je crois, c’est que l’Etat, plus que les partenaires sociaux, devrait en être le garant.

Car c’est bien l’Etat, dépositaire ultime de l’intérêt général, qui doit s’assurer que personne n’est laissé de côté (…) Les pouvoirs publics devraient reprendre à leur charge la stratégie et les décisions relatives à l’Unedic."

Mine de rien, ce serait un bouleversement pour l'Assurance chômage, gérée par les partenaires sociaux (syndicats de salariés et patronat) depuis 1958. En échange, Emmanuel Macron veut donner davantage de pouvoir aux syndicats en leur laissant la main sur la gestion des branches et des entreprises. "Renvoyons à la négociation d'entreprise sur tous les sujets fondamentaux qui font les relations de travail."

L'Unedic traverse une crise majeure depuis plusieurs années. Le déficit devrait atteindre 41,4 milliards d'euros en 2019, selon l'organisme. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 19/10/2016 - 15:38 - Signaler un abus Solidarité, assurance sociale

    C'est l'ensemble du système qui est à bout de souffle, dévoyé qu'il est par le paritarisme et les privilèges consentis depuis 70 ans à certaines catégories. Cela pouvait se justifier en période de reconstruction, ce n'est plus le cas.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€