Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pornographie chez les jeunes : des gynécologues parlent d'un bilan catastrophique

Les médecins mettent en garde contre les effets particulièrement néfastes de l'exposition des plus jeunes aux films pornographiques.

Enfance en danger

Publié le
Pornographie chez les jeunes : des gynécologues parlent d'un bilan catastrophique

 Crédit RIJASOLO / AFP

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) a lancé récemment un "coup de gueule" et un "appel solennel" afin de mieux protéger les enfants et les adolescents face aux risques et aux dangers de l'exposition aux films pour adultes. 

Le professeur Israël Nisand, président du Collège, ou le docteur Marie-Hélène Colson, sexologue à Marseille, ont indiqué que les praticiens constataient une évolution inquiétante auprès des jeunes, dans le cadre des consultations.
 
Selon les gynécologues, la pornographie aurait créé de nouvelles normes sexuelles chez les jeunes. En effet, la jeunesse se pose de plus en plus de questions, directement liées à la consommation et au visionnage de films pour adultes.
De plus en plus de mineures consultent pour des grosses précoces et non désirées.  
 
Le professeur Nisand déplore avec ironie "l'étonnement vis-à-vis de ces violences faites aux femmes dans un pays où on laisse des enfants regarder des films où ils voient des rapports non consentis".
 
Les gynécologues souhaiteraient que les fournisseurs d'accès à Internent soient obligés de conditionner l'accès aux sites pornographiques à une preuve de majorité, par une carte bancaire par exemple. 
 
Les médecins estiment également que les séances annuelles d'éducation à la sexualité dans les écoles, les collèges et les lycées sont insuffisantes. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 18/06/2018 - 18:49 - Signaler un abus ????

    Un gynécologue, c'est fait pour regarder et ausculter les fesses des dames ou je me trompe ? de Fallope bien sûr !!!Alors, à quel titre viennent ils ramener leur fraise? A ce compte la , pourquoi ne pas créer un observatoire des partouzes ? et en nommer Vangode directeur!!! tiens il nous foutrait (pardon marquise) la paix !

  • Par JG - 18/06/2018 - 18:56 - Signaler un abus @Kelenborn

    ça vous choque qu'on doive donner une preuve de majorité pour visiter les sites porno ??....amateur de sites gratuits peut-être ??

  • Par Anouman - 18/06/2018 - 19:50 - Signaler un abus Porno

    "De plus en plus de mineures consultent pour des grosses précoces et non désirées. " Il y aurait donc un problème d'obésité? Et si c'est un problème de grossesse je ne crois pas que ce soit du à l'influence des actrices porno. A mon avis c'est plutôt le QI qui baisse dangereusement.

  • Par vangog - 19/06/2018 - 02:55 - Signaler un abus Oui, la carte bancaire est une bonne idée...

    Il faut en finir avec un laxisme dévastateur, dans de nombreux domaines, héritage de la dictature minoritaire de mai 68...

  • Par ISABLEUE - 19/06/2018 - 11:56 - Signaler un abus kelenborn

    les hommes et les femmes peuvent aussi consulter un gyneco : vous arrivez d'où ????? du Moyen Age ??

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€