Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pologne : le Premier ministre fait scandale en parlant d'"auteurs juifs" de la Shoah

"Il y avait des auteurs polonais, tout comme il y avait des auteurs juifs" de la Shoah, a déclaré le Premier ministre polonais.

Histoire

Publié le
Pologne : le Premier ministre fait scandale en parlant d'"auteurs juifs" de la Shoah

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. Crédit Thomas KIENZLE / AFP

Le Premier ministre est au coeur d'une polémique internationale depuis ce samedi. Lors de la Conférence de Munich pour la sécurité, il est revenu sur la loi polonaise votée en février, prévoyant des peines de prison pour quiconque laisserait entendre que la Pologne a été complice de l'Holocauste.

Le Premier ministre Mateusz Morawiecki était interrogé par un journaliste israélien, Ronen Bergman, qui lui a demandé s’il serait puni en Pologne en racontant l’histoire de membres de sa famille, déportés après avoir été dénoncés à la Gestapo par leurs voisins polonais.

"Evidemment, cela ne sera pas puni, on ne sera pas considéré comme un délinquant si l'on dit qu'il y a eu des auteurs polonais, comme il y a eu des auteurs juifs, des auteurs russes, des auteurs ukrainiens et pas seulement des auteurs allemands", a répondu le Premier ministre. "Bien sûr qu’il n’y aura pas de poursuites contre les gens qui disent qu’il y avait des auteurs polonais, car il y en avait. Mais nous ne pouvons mélanger auteurs et victimes car ce serait une insulte envers tous les Juifs et tous les Polonais qui ont tant souffert pendant la Seconde Guerre mondiale", a-t-il ajouté.

Plusieurs participants à l'échange ont dénoncé des propos "scandaleux", dont le Premier ministre israélien, présent également à la Conférence de Munich. "Les propos du Premier ministre polonais ici à Munich sont insultants. Il y a là un problème de compréhension de l'histoire et un manque de sensibilité à l'égard de la tragédie de notre peuple", a déclaré Benjamin Netanyahu. "Je compte bien en parler avec lui sur-le-champ", a-t-il dit.

Les Polonais refusent le recours à des formules comme "camps de la mort polonais", qui sous-entendent que la Pologne est responsable des camps d'extermination ouverts par les nazis sur son territoire, comme Auschwitz, Treblinka ou Sobibor. Si 3 millions des 3,2 millions de Juifs qui visaient en Pologne ont été exterminés pendant la guerre, ainsi que 1,9 millions de civils polonais non Juifs, le centre israélien Yad Vashem précise qu'entre 30.000 et 35.000 juifs ont été sauvés grâce à l'aide de Polonais et que 6.700 Polonais ont été qualifiés de "Justes parmi les Nations", soit le contingent le plus important d'un pays.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 18/02/2018 - 19:36 - Signaler un abus Et l'histoire, la vraie,

    semble donner en partie raison au ministre polonais. Il serait peut-être temps; 75 ans après, que les juifs cessent de s'abriter derrière la Shoah, et regardent enfin les vérités. Ils ont beaucoup souffert, beaucoup donné, et c'est inadmissible, mais il ne suffit pas pour autant tout mettre sur le dos des allemands, beaucoup d(autres y ont participé. Il serait, peut-être temps, de voir toute l'histoire. Cela ne retirera rien à la compassion que nous devons tous aux victimes et a l'horreur des crimes commis.

  • Par Paul Emiste - 19/02/2018 - 05:33 - Signaler un abus Et oui ...

    C´est ça le probleme avec les vérités d´état, on ne peut plus en dévier d´un iota sans être montré du doigt voir insulté. Est ce que le struthof était un camp de concentration français? Non bien sûr.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€