Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Polémique en Suisse à cause d'un excédent budgétaire de plusieurs milliards

Une partie de la classe politique suisse accuse son ministre des Finances de ne pas maîtriser ses comptes ; une autre partie estime que si cet excédent est si fort, c'est que les impôts sont trop élevés.

Problème de riches

Publié le
Polémique en Suisse à cause d'un excédent budgétaire de plusieurs milliards

Ueli Maurer, ministre des Finances suisse. Crédit ARMEND NIMANI / AFP

Voilà une surprise dont rêverait un grand nombre de gouvernements, dont très certainement la France : alors que la Confédération helvétique s'attendait à boucler l'année 2017 avec un déficit de 250 millions de francs suisses (217 millions d'euros), les comptes se sont soldés avec un surplus de 4,8 milliards de francs (soit 4,16 milliards d'euros) ! Rapporté au nombre d'habitant, cela représentait en France 32 milliards d'euros de surplus budgétaire.

Le ministre des Finances, Ueli Maurer, a décidé de constituer une provision exceptionnelle de 2 milliards de francs suisses.

Mais si la Suisse est habituée aux surplus budgétaires (il était de 2,3 milliards de francs en 2015 et de 800 millions en 2016 ; et des excédents de 1 milliard sont attendus pour 2019 et 2020 et de 1,9 milliard pour 2021.), comment expliquer cette somme, alors que le pays n'a connu qu'1% de croissance en 2017 ?

Les prévisions de dépenses ont été respectées : elles ont atteint 68,3 milliards, soit 400 millions de moins que ce qui avait été envisagé pour l’exercice 2017. C’est du côté des recettes qu’apparaît une très grande différence. Le surplus est en fait principalement dû à des recettes supérieures de l'impôt anticipé.

Mais cette nouvelle, au lieu de ravir la classe politique, fait polémique. Le Parti socialiste estime que le ministre "ne maîtrise pas ses finances" et que, "d'année en année, c'est toujours le même spectacle désolant au sein du département fédéral des Finances". Les démocrates-chrétiens, plus mesurés, demandent un débat parlementaire, tenant à garder " une marge de manœuvre supplémentaire pour mener les réformes et investissements indispensables".

Même l'Union démocratique du centre (UDC), la formation à laquelle appartient Ueli Maurer, n'est pas particulièrement chaleureuse avec son ministre : "Les excédents en milliards montrent que nous payons beaucoup trop d'impôts", a estimé Claudio Zanetti, député UDC de Zurich.

Le journal Le Temps présente quelques pistes pour dépenser ces milliards excédentaires, dont l’adaptation de la fiscalité des familles ou la suppression de la valeur locative.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 18/02/2018 - 16:02 - Signaler un abus Hé ho, les Suisses, on est là!

    nous aussi, on a un gouvernement PS-macroniste qui ne maîtrise pas ses comptes, mais dans l’autre sens...on peut peut-être s’arranger?...

  • Par Atlante13 - 18/02/2018 - 19:25 - Signaler un abus Où est la surprise?

    faut bien que les capitaux qui fuient la France finissent quelque part, en toute légalité. Il ne pleut pas que des trombes d'eau chez nous, il pleut aussi des taxes et des impôts nouveaux tous les jours, et Macron n'a toujours pas trouvé où faire des économies, alors, prudence. D'autant qu'il commence à s'intéresser de très prés à vos assurances-ve et placements, Sapin lui ayant gentiment fait voter une loi l'autorisant à se servir directement sur vos comptes sans avoir a vous demander la permission. Prudence, prudence...

  • Par zeliclic - 19/02/2018 - 10:47 - Signaler un abus Je propose que

    La Suisse vienne faire quelques travaux sur nos routes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€