Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Plainte de Guéant
contre "Copwatch"

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a déposé plainte contre le le site Internet « Copwatch » qui met en ligne des témoignages de bavures.

Big Brother

Publié le

Assorties de commentaires injurieux, sur le site, les vidéos et témoignages dénonçant les travers de la police sont, pour le porte parole du ministère de l'intérieur "des propos scandaleux, diffamatoires et mensongers et sont attentatoires à l'honneur et la sécurité des policiers".

Le site « Copwatch » affirme vouloir « surveiller » les forces de l'ordre. Mais pour le ministère de l’Intérieur, le site ainsi que les commentaires qu'on y trouve « portent atteinte à l'honneur et à la réputation de fonctionnaires de police et de militaires de la gendarmerie. Ils mettent en péril leur sécurité ainsi que celle de leurs familles. » De leur côté les syndicats ne sont pas rassurés et craignent que le site appel à des représailles.

Le principe du site "Copwatch", surveiller la police, est importé des Etats-Unis. Les auteurs du sites restent tous anonymes mais diffusent toutes sortes de documents, de témoignages, voir même des documents personnels de policiers partagés à leur insu.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivierguy - 30/09/2011 - 12:29 - Signaler un abus Laver plus blanc

    Politiques ou autorités de tous genres ne montrant pas l'exemple, il faut bien un contre pouvoir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€