Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Philippe Richert (LR) quitte la présidence de la région Grand Est

Cette décision intervient alors que sa popularité s'est effondrée : il est accusé de "trahison" par les Alsaciens car il a accepté la disparition de l'Alsace dans la région Grand Est.

Identité régionale

Publié le
Philippe Richert (LR) quitte la présidence de la région Grand Est

Philippe Richert (LR) a annoncé ce samedi lors d'une conférence de presse à Strasbourg qu'il va quitter la présidence de la région Grand Est. "J'ai décidé de ne pas aller au bout de mon mandat", a expliqué l'ancien ministre, qui avait accédé en janvier 2016 à la tête de la Région Grand Est (née de la fusion de l'Alsace, de la Lorraine et de la Champagne-Ardenne).

"J'ai décidé que j'allais laisser la main pour que d'autres puissent prendre la suite dans la foulée (...) Il faut penser à la suite, 2021, et je ne serai plus candidat.

Il faut penser à cette élection, à celui qui doit se faire connaître et se préparer", a-t-il dit. "Si je me retire, ce n'est pas pour jouer les trouble-fête. Je me retire totalement, du conseil régional et de toutes mes fonctions électives. Je resterai en retrait, je ne ferai plus de commentaires."

Que s'est-il passé pour que cet Alsacien, président de la région de 2010 à 2015, jette l'éponge ?  Selon la presse régionale, M. Richert, était las, voire "blessé", ces derniers temps par les offensives répétées de ceux qui n'ont pas digéré la disparition de cette région à l'identité très marquée dans le "Grand Est".

"L'acte d'accusation est simple : l'homme est accusé d'avoir accepté la disparition de l'Alsace, et d'en avoir tiré un profit personnel : la présidence d'une région Grand Est aux dimensions de la Croatie", résume l'Express. 

Effondrement de sa popularité, huées lors de ses sorties, succès électoraux du parti politique Unser Land... Tous les voyants étaient au rouge pour Philippe Richard, qui a préféré passer la main.

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 30/09/2017 - 17:59 - Signaler un abus Vive l'Alsace ! Vive la Lorraine ! Vive la (le) Champagne !

    Le Grand-Est n'existe pas: c'est une invention technocratique et socialiste nuisible à tout point de vue.

  • Par clint - 30/09/2017 - 21:31 - Signaler un abus Les Alsaciens ont payé très cher le choix de rester français et

    la moindre des choses fût que l'Alsace ne disparaisse pas en tant qu'entité. Mais ça ne tomber pas dans la doxa européenne de laisser des "petites" entités, le modèle imposé est celui des Länder allemand pour mieux casser les états nations !

  • Par Lazydoc - 01/10/2017 - 10:55 - Signaler un abus Les français n'aiment plus les traitres

    Pourtant ils en ont élu 1 comme président. Le "dégagisme" des traitres, des menteurs, du double discours, des lâches, des " à la soupe" est salutaire. Au revoir M. Richert!

  • Par Deudeuche - 01/10/2017 - 13:25 - Signaler un abus @clint

    Les Laender Allemands sont tout petits ou très grands. Cette notion de taille optimale est du caporalisme façon ENA où l'on aime les gabarits impersonnels et hors sols. Es lewe Elsass!

  • Par kilian - 01/10/2017 - 15:46 - Signaler un abus Elsaß

    frei.

  • Par Deudeuche - 01/10/2017 - 19:58 - Signaler un abus @kilian

    Nous sommes d'accord ! Jetzt geht's los !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€