Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Percée du FN : une conséquence de la politique d'austérité imposée par Merkel à l'Europe, estime le vice-chancelier allemand

"J'ai mis en garde Angela Merkel contre le fait de vouloir dicter cette politique d'austérité à la France", a déclaré Sigmar Gabriel ce vendredi lors du congrès du SPD.

Accusation

Publié le
Percée du FN : une conséquence de la politique d'austérité imposée par Merkel à l'Europe, estime le vice-chancelier allemand

Si les conservateurs avaient mieux écouté, "alors Marine Le Pen ne serait pas arrivée aussi loin qu'elle l'est actuellement", estime le président du SPD. Crédit Reuters

Deux jours avant le second tour des élections régionales en France, le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel a évoqué, lors d'un discours au congrès du SPD, le score réalisé par le Front national dimanche dernier. Selon lui, la progression du parti de Marine Le Pen résulte de la politique d'austérité imposée par la chancelière Angela Merkel en Europe.

"J'ai mis en garde Angela Merkel contre le fait de vouloir dicter cette politique d'austérité à la France (…) Le Front national fait campagne en France avec le slogan +national et social+" a déclaré le ministre social-démocrate de l'Economie.

Si les conservateurs avaient mieux écouté, "alors Marine Le Pen ne serait pas arrivée aussi loin qu'elle l'est actuellement", a également estimé le président du SPD.

Pendant la crise de la dette grecque, Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schäuble ont prôné une politique d'orthodoxie budgétaire stricte, symbolisée par la ligne dure imposée au gouvernement grec d'Alexis Tsipras, et à laquelle avait fini par adhérer M. Gabriel. "Rien ne coûtera plus cher (...) qu'une victoire du Front national en France", estime Sigmar Gabriel,  qui s'alarme de la monté des "populistes de droite" à travers l'Europe, notamment en Hongrie, en Pologne, en Finlande, en Suède, ou encore en Allemagne. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Texas - 11/12/2015 - 15:40 - Signaler un abus Et comme l' austérité

    ...selon son propos , était déjà suffisamment sérieuse , pourquoi ne pas ajouter 900000 illégaux au 20% de jeunes chômeurs européens ? .

  • Par sna-hyper - 11/12/2015 - 16:53 - Signaler un abus ok ok

    ok si l'allemagne est disposée à combler nos déficits chroniques, payer nos 5 millions de chômeurs, garantir nos frontières, etc etc.. alors je vote socialiste. mais j'ai comme un doute...

  • Par vangog - 11/12/2015 - 18:28 - Signaler un abus Politique austéritaire????quelle politique austéritaire????

    Le déficit du budget de la France à fin juin s’élevait à 58,5 milliards d’euros (900000 euros moins que l'année dernière: énorme!). et donc, systématiquement, la France gauchiste dépense 58,5 milliards de plus qu'elle n'a de recettes...Les ménagères ont des budgets austéritaires, elles, car elle ne pourraient se permettre de faire combler les trous de leur budget par leur banquier (les générations futures), mais la france gauchiste a un budget de gaspillage de 58,5 milliards d'Euros. encore des journaleux atteints par le syndrome d'inversion sémantique!

  • Par raslacoiffe - 12/12/2015 - 08:06 - Signaler un abus Pathétique cet article

    La gauche allemande qui vole au secours de Hollande. Bien sûr il fallait écouter le bon discours du Bourget du maestro Hollande et casser l'Allemagne d'Angela pour permettre à la socialie française de continuer sa dérive budgétaire sans limite. Même l'Italie n'a pas voulu de cette voie. Bravo Renzi.

  • Par Le gorille - 12/12/2015 - 08:17 - Signaler un abus Rien ne coûtera plus cher...

    Heu ? Qu'est-ce cette phrase signifie ? En quoi une victoire du FN génère-t-elle un coût ? Peut-on savoir ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€