Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 06 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pédophilie : Nouvelles révélations sur l'affaire qui secoue l'Eglise de France

Le cardinal Barbarin aurait eu connaissance du dossier du père Bernard mais ne s'en serait pas soucié.

Horreur

Publié le
Pédophilie : Nouvelles révélations sur l'affaire qui secoue l'Eglise de France

Une affaire de pédophilie secoue l'Eglise de France, qui avait jusqu'alors été relativement épargnée et faisait figure de bon élève. En cause, le père Bernard, animateur de troupe scout, qui aurait procédé à de nombreux attouchements sur des petits enfants. Comme toujours, ce qui choque le plus dans cette affaire, ce n'est pas tant la possibilité de la présence d'un pédophile au sein de l'Eglise, que l'inaction, voire l'omerta, de l'institution. Ce samedi 12 mars, Le Monde publie sur cette affaire une longue enquête des envoyées spéciales Emeline Cazi et Cécile Chambraud.

Les points principaux à retenir de l'affaire après les nouvelles informations du Monde : 

  • Le père Bernard était aumônier d'un collège catholique à Sainte-Foy-lès-Lyon à partir des années 1970, et surtout animateur d'un groupe scout, le Groupe Saint Luc. Il était charismatique et aimé de tous. Mais il a pratiqué des attouchements sur un certain nombre d'enfants.

  • Après une plainte de parents à l'évéché, le père Bernard est immédiatement retiré de son ministère. Mais il sera ensuite affecté à d'autres paroisses ; s'il n'aura visiblement pas de ministère dédié aux enfants, il aura néanmoins accès à des enfants.

  • La hiérarchie catholique aurait eu conscience de ses tendances pédophiles ; il en aurait averti l'institution dès le séminaire, et on lui aurait demandé de suivre une psychothérapie.

  • Après les faits du Groupe Saint-Louis, les différents évêques dont le père Bernard a dépendu auraient été au courant, et auraient gardé un oeil sur lui, mais sans plus. Le cardinal Decourtray lui aurait demandé de suivre une psychothérapie et de se rapprocher d'un "prêtre spécialiste des prêtres à problème".

  • Aujourd'hui des anciennes victimes du père Bernard du Groupe Saint-Louis demandent justice, et déposent des plaintes, notamment pour non-dénonciation, car la plupart des agressions du père Bernard sont prescrites.

  • C'est le cas du cardinal Barbarin qui choque. Celui-ci a admis avoir été au courant du cas du père Bernard, "mais a déclaré ne s’en être occupé sérieusement qu’en 2011". Il a également déclaré avoir convoqué le prêtre à ce sujet "vers 2007-2008".

Avant la vague des scandales de pédophilie de la fin des années 1990 et du début des années 2000, le modus operandi de la hiérarchie catholique était effectivement dans ce genre : lorsqu'un prêtre était accusé de manière crédible d'actes pédophiles, on lui faisait suivre une psychothérapie et on le gardait à l'oeil, mais on ne dénonçait pas les faits à la justice, et les prêtres se retrouvaient parfois de nouveau à proximité d'enfants. Le comportement du cardinal Barbarin, cependant, se place après ces faits, et après que l'Eglise a adopté de nouvelles règles, et il aurait eu connaissance des faits et n'aurait pas particulièrement réagi en conséquence.

Lire l'enquête du Monde sur cette affaire →

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Babaswami - 13/03/2016 - 12:15 - Signaler un abus Condamnation anonyme

    Cet article, qui condamne sans appel le cardinal Barbarin, sur une affaire non instruite qui date de plus de quarante ans, n'est, sauf erreur, pas signé.

  • Par Septentrionale - 13/03/2016 - 18:13 - Signaler un abus La pédérastie concerne la société dans son ensemble

    Pour que la situation soit assainie l'omerta doit être condamnable partout, car elle est partout. Que l'enfant soit impérativement protégé de cette ignominie. Que le terme impropre 'pédophile' pour cette déviance sexuelle soit rayé du droit. Heureusement les temps sont en train de changer. Enfin.

  • Par clint - 13/03/2016 - 19:27 - Signaler un abus J'aime mieux un mariage entre 2 de même sexe qu'un pédéraste !

    Quand on a eu dans son "entreprise cultuelle" des "enseignants" qui profitaient de leur position pour se livrer à des actes sexuels avec des enfants on devrait avoir le profil bas et au moins reconnaitre que l'église catholique a souvent masqué les problèmes, notamment du temps de leur Saint JP 2. Bon courage au pape François ! C'est bien beau de se draper de ses chasubles en défilant contre le mariage pour tous et de n'avoir pas été très clair sur des sujets que l' église considère toujours internes à cette institution !

  • Par Anguerrand - 13/03/2016 - 20:06 - Signaler un abus Le pédophilie est une horreur

    N'oublions pas que cette " maladie " est uniformément reparti dans la société. Chez les enseignants ou colonies de vacances, le monde arabe ou c'est extrêmement fréquent. Je pose une question pourquoi la pédophilie est plus montrée du doigt quand ça se passe en religion. Les enseignants sont le plus souvent mutés comme SEULE punition. Pour moi c'est toujours un anti cléricalisme primaire qui fait le régal des medias gauchistes. Ces prêtres sont néanmoins à condamner comme pour tout citoyen, et si le pape acceptait le mariage des prêtres peut être ce serait moins un probleme.

  • Par vitruvedd - 13/03/2016 - 20:36 - Signaler un abus d'un siècle à l'autre, « Horreur », nouvelles « révélations »

    Quel beau titre pour une accusation directe et sans appel de Mgr Barbarin, à la remorque du célèbre quotidien du soir. Mais si j’aime Atlantico et que j’y suis abonné, c’est précisément parce que j’apprécie un ton différent de celui du Monde. Et là, désolé, chers amis , votre titre est plus que racoleur. En tout cas on trouve ici une merveilleuse confusion entre des faits d’avant 1991 et une « dénonciation » qui aurait dû être faite bien plus tardivement (quand?), selon des lois qui ont beaucoup évolué sur ces périodes. Tout cela est porté devant la justice, et comme citoyen, Mgr Barbarin est présumé innocent. Il n’est pas inutile de se rappeler de cette époque bénie que tous semblent avoir oubliée, de se souvenir des pétitions publiées par le Monde en 1977 et par Libération en 1979, défendant des pédophiles au moment de leur procès. Selon le Monde, les enfants étaient consentants. Parmi les signataires, on trouvait notamment Jean-Paul Sartre, Louis Aragon, Simone de Beauvoir, mais aussi André Glucksmann, Bernard Kouchner et Jack Lang... D’un siècle à l’autre, horreurs, accusations et défenses peuvent changer d’orientation.

  • Par kaprate - 13/03/2016 - 22:08 - Signaler un abus mariage

    Je pense en effet qu il est temps de permettre aux hommes d église de se marier. La pédophilie existe dans toute la société, tous milieux confondus. Mais évidemment circonstances, promiscuité, autorité et voeux de chasteté sont des facteurs de risque de passage à l acte, au delà des perversions. Imaginer que la foi neutralise voire élimine les pulsions sexuelles est aberrant. Et une fois que ce crime est commis, hommes d église comme enseignants ou éducateurs, père, beau père, oncle, voisin, doit être poursuivi et puni

  • Par de20 - 15/03/2016 - 08:39 - Signaler un abus Et l éducation nationale,

    Et l éducation nationale, elle en regorge aussi mais on en entend moins parler

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€