Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Patrick Buisson : "le premier péril qui guette Les Républicains, ce n’est pas la droitisation mais la 'centrisation'"

Dans une interview à Valeurs Actuelles, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy estime que "les Républicains comme le FN sont aujourd’hui dans une triple impasse : idéologique, stratégique, sociologique".

Diagnostic

Publié le
Patrick Buisson : "le premier péril qui guette Les Républicains, ce n’est pas la droitisation mais la 'centrisation'"

A quelques semaines de l'élection à la présidence des Républicains, à laquelle Laurent Wauquiez est favori bien qu'il soit accusé par plusieurs responsables du parti d'être trop à droite, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, met en garde la droite contre des "désillusions" à venir si elle cherche à tout prix à réconcilier des courants ayant peu en commun.

Dans Valeurs actuelles, Patrick Buisson estime que la droite a "perdu l’élection imperdable et à moins qu’elle ne sache se réinventer, on ne voit pas pourquoi elle ne perdrait pas les élections qui viennent". Interrogé sur le fait que ni les Républicains, ni le FN n'arrivent à former une opposition crédible, il poursuit : "Englués dans des logiques d’appareils, Les Républicains comme le FN sont aujourd’hui dans une triple impasse : idéologique, stratégique, sociologique. Mais, pour rien au monde, ils ne voudront l’admettre.

Je crains que cela ne débouche sur des désillusions encore plus cruelles."

Pour Patrik Buisson, l'urgence pour la droite est de "tordre le cou aux incantations rituelles autour du “rassemblement”, mot-valise qui la leste comme un impedimentum. (...) À vouloir marier les contraires sous couvert de rassemblement, l’UMP n’a jamais produit autre chose que des ambiguïtés et de l’incohérence. La droite plurielle d’Alain Juppé c’est, quinze ans après, la droite plus rien".

Critiquant Jacques Chirac, qu'il accuse d'avoir liquidé le gaullisme, Patrick Buisson met en garde la droite : "le premier péril qui guette Les Républicains, ce n’est pas la droitisation mais la “centrisation”. C’est le centrisme qui constitue l’ennemi historique du gaullisme. (...) En s’alliant avec le centre, la droite s’interdit d’être historiquement et doctrinalement fidèle au gaullisme. À l’inverse, les premiers à rejoindre de Gaulle à Londres, en 1940, furent les tenants d’une droite qu’on qualifierait volontiers aujourd’hui d’extrême. Les quatre premiers émissaires que de Gaulle envoie dans la France occupée pour organiser la Résistance, ce sont deux anciens cagoulards, Duclos et Fourcaud, et deux royalistes, le colonel Rémy et Honoré d’Estienne d’Orves."

Pour lui, l'exclusion des députés Constructifs n'est pas suffisante pour clarifier la situation des Républicains : "Si la refondation se fait au nom du rassemblement de toutes les sensibilités et donc au prix de la cohérence idéologique, il n’y a rien à en attendre. Remettre à flot le radeau de la Méduse avec l’ancien équipage du Titanic ne saurait garantir une arrivée à bon port en 2022."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Beredan - 19/11/2017 - 18:22 - Signaler un abus Les écuries d.Augias ....

    Sauf à curer , nettoyer à la paille de fer les Juppé et autres Apparu , les Raffarin, les Pécresse , Estrosi , Bertrand et consorts , les bataillons des républicains seront les harkis du macronisme ....

  • Par vangog - 19/11/2017 - 20:27 - Signaler un abus Oui, les extrême-droites furent les premiers gaullistes!

    Alors que la gauche s’alliait avec Hitler et les socialistes allemands, les radico-centristes choisissaient l’attentisme et Vichy. Les premiers Gaullistes, et premiers résistants aussi, furent ceux qui firent le choix de franchir le Channel. Ces extrême-droites des ligues dissoutes par la gauche en 1936, car ils refusaient la compromission avec Hitler et mettaient en garde contre le réarmement de l’Allemagne nazie, encouragé par la gauche. Le schéma est exactement le même aujourd’hui, à l’exception près que l’islamisme a remplacé le socialisme allemand. mais les collabos de l’invasion sont les mêmes: la gauche et les centristes-girouettes, rois du compromis...

  • Par clint - 19/11/2017 - 21:19 - Signaler un abus Buisson a certes raison : attention Wauquiez !

    Pour jouer au rassembleur Wauquiez s'enorgueillit d'avoir Calmels (libérale juppéiste) et même Morin le soutenir ! On est dans la vraie centralisation ! (@vangog : les royalistes ne sont pas associable à l'extrême droite telle que le FN!)

  • Par Liberte5 - 19/11/2017 - 22:05 - Signaler un abus Reconstruire la droite c'est le premier devoir que devra...

    accomplir L. Wauquiez. Ce travail pour définir un socle idéologique de droite ne peut être différé, comme il l'est depuis 1995. L'UMP puis "LR" sans ligne politique cohérente, n'avaient comme seul objectif: gagner les élections.Jusqu'à ne plus être rien.

  • Par vangog - 20/11/2017 - 00:02 - Signaler un abus @Clint les 128 jeunes Sénans qui rejoignirent De Gaulle

    à Londres n’etaient pas royalistes, ils étaient simplement patriotes, et refusaient la capitulation signée par le gouvernement gauchiste le lendemain de l’appel du 18 juin. Je vous conseille les témoignages de ces jeunes dont beaucoup avaient moins de vingt ans en 1940. Ils ne connaissaient pas De Gaulle, « une voix d’espoir dans le malheur », mais refusaient la capitulation du gouvernement front populaire devant les socialistes Allemands...exactement comme les ligues, les croix-de-feu, la ligues des patriotes, la fédération nationale catholique, le comité de défense paysanne...dont la plupart étaient républicaines, et anti-national-socialistes...

  • Par vangog - 20/11/2017 - 00:09 - Signaler un abus Pour les témoignages des jeunes résistants refusant

    la capitulation du gouvernement front populaire face à l’allemagne Socialiste, voir: http://archives.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1940-1944-la-seconde-guerre-mondiale/les-forces-francaises-libres/temoignages/fred-moore-les-engages-des-ffl-de-1940-se-souviennent.php

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€